onglet_artsouk onglet_artsouk

 

saharaocc2.jpg

Actualités

Immigration clandestine : le Maroc inspirera-t-il le reste du monde ?

Le message (Douala)

Réf : 746

Visites : 3196

Une Conférence ministérielle euro-africaine sur la migration et le développement s'ouvre aujourd'hui dans la capitale politique marocaine. Elle réfléchit à une stratégie globale pour juguler le phénomène d'immigration irrégulière.

Trois migrants africains sont morts lundi dernier en tentant de pénétrer dans Melilla. Le même jour, sur une plage du Sahara (au sud du Maroc) vingt-six cadavres sont retrouvés par la gendarmerie, après le naufrage d'une embarcation. Toujours lundi dernier, les gendarmes marocains - dans leurs opérations quotidiennes de ratissage au Sahara - ont arrêté quarante Subsahariens dans la région de Nzeila, où le naufrage d'une embarcation le 28 juin provoqua la mort de trois Marocains et la disparition de treize passagers.

Les drames de la traversée depuis le Sahara marocain ou la Mauritanie vers l'archipel espagnol des Canaries n'ont pas fini de défrayer la chronique. A l'évidence, les candidats clandestins vers l'Europe ne sont pas toujours prêts à reculer devant les risques (barbelés électrifiés, profondeur des eaux de la mer, etc) et les traitements inhumains (refoulement aux frontières, bastonnades et maltraitances diverses ).

Le phénomène de l'immigration clandestine est donc à jamais omniprésent voire omnipotent. Les mesures restrictives et contraignantes mises en place contre les migrants irréguliers n'y font rien. Bien au contraire. D'où la proposition marocaine : " la solution à la problématique de l'immigration clandestine ne peut être trouvée en dehors d'une approche globale et intégrée, où tous les pays concernés, qu'ils soient émetteurs, de transit ou d'accueil, unissent leurs efforts. L'adoption par ces pays d'un plan d'action concret et réaliste, liant la lutte contre l'immigration illégale à l'impératif de développement de l'Afrique - qui reste le seul continent où le nombre de démunis ne cesse d'augmenter - sera à même d'adopter les réponses appropriées, en vue de favoriser la croissance économique et les opportunités d'emploi qui font cruellement défaut ".

Résultats

La Conférence va donc arrêter un " plan d'actions consensuel basé sur un engagement partenarial pragmatique pour lutter contre le phénomène de l'immigration clandestine ". Une approche de solution (au problème de l'immigration illégale) expérimentée avec succès par le Maroc. Le Royaume chérifien a adopté depuis peu une stratégie de lutte contre l'immigration clandestine basée sur cinq axes portant notamment les plans législatif, institutionnel et sécuritaire, la coopération internationale et la communication.

Au niveau législatif, la nouvelle loi (02-03) sur l'entrée et le séjour des étrangers au Maroc a durci les peines à l'encontre des réseaux de trafic de personnes. Au même moment, les droits et acquis des personnes en situation régulière ont été renforcés. Sur le plan institutionnel, un Observatoire de l'immigration et une direction de l'immigration et de surveillance des frontières ont vu le jour au ministère de l'Intérieur. Objectif : renforcer le rôle des organes de lu tte contre l'immigration clandestine.

La sécurité aux frontières est renforcée par l'acquisition des moyens de détection et de surveillance. Le renforcement des ressources humaines en matière de sécurité n'est pas en reste. Concernant la coopération internationale, le Maroc favorise - en plus des échanges avec les pays de la rive nord de la Méditerranée - une dynamique unique en son genre dans le cadre de la coopération Sud - Sud. La société civile et les médias sont enfin mis à contribution pour la sensibilisation des populations.

Les résultats publiés par les autorités marocaines portent sur les quatre premiers mois de l'année en cours. Ils sont édifiants. 120 réseaux de traite d'êtres humains démantelés. 5500 tentatives d'immigration clandestine tuées dans l'oeuf.



En 2005, environ 480 réseaux spécialisés dans l'immigration clandestine avaient été démantelés et près de 30.000 tentatives mises en échec, dont 8000 impliquant les Marocains et 22.000 émanant du continent africain, ainsi que d'autres provenant de pays asiatiques et maghrébins.

Thierry Ndong à Rabat
sources :
http://fr.allafrica.com
ourika_jard.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés