onglet_artsouk onglet_artsouk

 

med_b-yous5.jpg

Actualités

Le Maroc, carrefour pour la paix au Proche-Orient

Hassan Alaoui, LE MATIN

Réf : 723

Visites : 2186

Pour sa visite de travail au Maroc, Mahmoud Abbas a trouvé auprès de S.M. le Roi Mohammed VI l'expression renouvelée et réaffirmée du soutien inconditionnel à la Palestine. A voir les marques chaleureuses et fraternelles de l'accueil au leader palestinien, on ne peut que souligner le caractère exceptionnel de cette visite qui s'inscrit dans un contexte particulier.
Le Souverain s'est rendu personnellement à l'aéroport pour accueillir son illustre hôte, arrivé de Palestine via la Jordanie à bord d'un avion aux couleurs du Maroc. Il s'est entretenu avec lui en tête avant d'offrir à son honneur un dîner auquel étaient conviées plusieurs personnalités palestiniennes, marocaines et arabes.

L'accueil chaleureux que Sa Majesté le Roi a réservé au Président palestinien est à la mesure de l'événement. Mahmoud Abbas, alias Abou Mazen, trouve au Maroc la même sollicitude et le même soutien auprès du peuple marocain dont la solidarité n'a pas varié d'un iota. Tant et si bien que des membres de la délégation qui l'accompagne lors de sa visite n'ont pas hésité à déclarer que « le Maroc a toujours été au rendez-vous ! … ». Ils ont même poussé la comparaison jusqu'à affirmer que l'amitié qui liait feu S.M. Hassan II à feu Yasser Arafat est à présent confortée, renforcée par celle de leurs successeurs, S.M. Mohammed VI et le Président Mahmoud Abbas ; l'irréversible réalité, l'intangible donne étant l'engagement du Maroc auprès du peuple palestinien.

S.M. le Roi, en sa qualité de Président du Comité Al- Qods, incarne aux yeux des dirigeants et du peuple palestiniens, un leader, à même de dynamiser cette institution et de débloquer la situation qui prévaut au Proche-Orient, et dont, à coup sûr, le gouvernement d'Israël est largement responsable. Ils aiment à rappeler que le Maroc, qui a toujours joué un rôle décisif à cet égard, devrait poursuivre envers et contre tout sa mission de paix dans la région.

D'autant plus qu'il abrite une importante communauté juive marocaine dont est issu Amir Peretz, originaire de Boujaâd, élu récemment patron du Parti travailliste, deuxième formation après Kadima et, de ce fait, susceptible de faire partie de la coalition gouvernementale que Ehud Oulmert s'apprête à mettre sur pied en Israël.

On rappelle également que, dans cette logique et du fait aussi que S.M. le Roi Mohammed VI a reçu il y a quelques semaines Amir Peretz, du fait aussi du poids de la communauté marocaine en Israël, notre pays est encore en mesure de favoriser la quête d'une paix juste et durable au Proche-Orient. Ils sont beaucoup de responsables palestiniens à penser ainsi, à l'exprimer même. C'est peu dire qu'au-delà de la responsabilité qui y est afférente, c'est une manière d'hommage au rôle historique du Royaume du Maroc.

De même, n'hésitent-ils pas à exprimer leur satisfaction après que le Souverain eut nommé Abdelkbir M'Daghri Alaoui à la tête de Bayt Mal-Al-Qods, qui répond au vœu des dirigeants palestiniens de voir un Marocain à la tête de cette institution. Une telle désignation s'inscrit dans une continuité où le Maroc demeure le dénominateur commun, le vecteur du soutien que les pays musulmans se sont engagés à apporter à Bayt-al-mal pour la sauvegarde de la ville sainte.

Les échanges maroco-palestiniens, renforcés au cours de la visite d'Abou Mazen, outre leurs dimensions politique et financière, portent sur une large coopération entre les deux pays, d'autant plus élargie que le soutien apporté par le Maroc, remontant à de longues décennies maintenant, est encore à présent plus nécessaire que jamais.

La nouvelle situation créée par l'arrivée du mouvement Hamas au pouvoir, dont aucun représentant ne figure dans la délégation de Mahmoud Abbas, pourrait-elle modifier la donne au Proche-Orient et transfigurer les rapports de la Palestine avec les autres pays ? On estime que non ! Cela dit, le soutien politique et financier du Maroc devrait maintenant, dit-on, être encore renouvelé et renforcé par un soutien psychologique, de manière à conforter la position de Mahmoud Abbas qui, face au gouvernement israélien, devrait bénéficier d'une assise internationale.
Le leader du Fatah le dit lui-même : « la paix dans la région commence et finit par la Palestine » ! On ne saurait mieux dire. La visite de Mahmoud Abbas au Maroc, mélange de travail et d'intimité familiale, puisque son propre fils Yassir l'accompagnait, s'inscrit dans une tradition, mais elle revêt une autre signification politique et diplomatique : le soutien du Maroc et de S.M. le Roi Mohammed VI, à un moment où des bouleversements régionaux s'annoncent, est désormais précieux, parce que le Maroc est au carrefour, au croisement des enjeux et parce que son poids politique est de plus en plus nettement marqué.

sources : www.lematin.ma 
med_b-yous1.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés