onglet_artsouk onglet_artsouk

 

yassi_zizi.gif

Actualités

t'as pas cent balles

yassine Zizi

Réf : 689

Visites : 4033

Je viens de prendre une grave décision : Je ne donne plus rien aux mendiants.
Je vois toute suite les réactions et je sais qu'on va me dire que c'est inhumain, que je n'ai pas de cœur, que c'est salaud de ma part, que le compteur des bonnes actions vient de s'arrêter à tout jamais et plein d'autres gentillesses à mon égard mais c'est comme ça, j'ai pris ma décision et je ne reviendrai pas dessus. Les mendiants, y a que ça.

A tous les coins de rue, devant les mosquées, aux feux rouges, à la sortie des boulangeries, dans les marchés, devant les cafés, dans les gares routières et en bas de chez moi. Et là, je ne parle que des mendiants qui sont mal habillés et qui tendent la main en te souhaitant une vie meilleure, une santé de fer et le paradis au bout et qui te lâchent pas tant que tu ne donnes rien. Veux pas parler des mendiants avec des sifflets ou ceux qui, dans les administrations, n'acceptent de faire leur boulot que si tu sors un billet de 20.

En tout cas, tout le pays est comme ça et la mendicité est une composante de notre ADN. Mais là, je parle de ce que tu subis tous les jours. Tu sors le matin de chez toi et tu passes toute ta journée à donner 1 dirham ou à dire « Llah yjib ». En fin de journée, tu as peut-être la conscience un peu plus tranquille en pensant que tu t'es probablement racheté de toutes les saloperies et cochonneries que tu as faites ou que tu t'apprêtes à faire, mais tu as aussi la désagréable surprise de constater que tu devais acheter une baguette et qu'il ne te reste plus un sou en poche.

En fait, c'est pas pour ça que j'ai décidé de plus donner aux mendiants. Depuis un moment j'ai l'impression de me faire avoir et que, quelque part, les mendiants que je croise me prennent pour un cageot. Tiens, cet été par exemple. J'étais à Tanja et un jour, à un feu rouge, un mendiant, pas mal septuagénaire tend sa main et me demande une sadaqa. Je m'apprête à lui donner une pièce quand le pote qui était avec moi, un Tangérois à qui on ne la fait pas, me demande d'attendre.

Il se tourne vers le mendiant et lui dit : « Tu te souviens de moi ? Je suis venu te voir un jour chez toi pour que tu me loues un de tes appartements. Mais si, mais si, rappelle-toi. La preuve, c'est que tu m'as demandé 2.500 DH et que je t'avais dit que c'était trop cher ». Le mendiant n'a rien dit. Il a replié sa main tendue, nous a tourné le dos et a quitté momentanément le feu rouge. Deux maisons R+2 qu'il avait construit ce con. Et tout ça, grâce à la mendicité. Tout ça, grâce à des abrutis comme vous et moi au cœur tendre ou à la conscience peut-être pas très tranquille. Vous donnerez quelque chose après ça, vous ? Moi, je préfère de loin donner aux Subsahariens. Au moins, je sais d'où ils viennent, au moins je sais ce qu'ils ont enduré et au moins je sais qu'ici, ils n'ont vraiment pas de quoi bouffer.

L'épisode qui va définitivement me dégoûter des mains tendues s'est passé il y a quelques jours. Boulevard Ghandi à Casa, au feu rouge à une heure de pointe. Je suis avec un autre ami, un tendre chronique. Sa bagnole est peinte aux couleurs d'un événement qui se passe dans la ville et en dessous du logo, celui de Ittissalat Al Maghrib, le sponsor.

Arrive une vielle dame dans sa jellaba rouillée. Sa main gauche tient un panier qui a au moins 20 ans et la droite, paume tournée vers le ciel, est tendue vers nous. Vie meilleure, bonheur, santé, la clémence de Dieu, le paradis, bref, une carte postale comme on en reçoit tous au cours du mois de janvier, mais celle-là, elle était live et verbale. Moi je reste de marbre mais mon pote, très sensible à ce genre de dédicaces met sa main dans la poche et sort un dirham qu'il donne à la mendiante. Elle remercie, souhaite des trucs et au moment où elle veut nous tourner le dos pour aller voir un autre conducteur, elle se ravise et se penche vers nous.

-  Aâffak A Sidi, je vois que vous travaillez à Attissalat Al Maghrib, combien faut-il de points Fidelio pour avoir le Nokia 6230 gratuitement ? ça se passe de tout commentaire. Mon ami, estomaqué, avait envie de lui demander de lui rendre son dirham. Je lui ai ensuite raconté l'épisode de Tanger et il s'est fait la même promesse que moi. Plus jamais une pièce aux mendiants.


Ca n'a rien à voir avec les mendiants, mais voici un flash info de dernière minute : L'ouragan Katrina vient d'être revendiqué par Al Qaïda. On attend d'une minute à l'autre que DADA condamne cet acte de barbarie.

Yassine Zizi
1euro.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés