onglet_artsouk onglet_artsouk

 

aaerien.jpg

Actualités

Contre feux : Au Maroc et nulle part ailleurs

Libération (Casablanca)

Réf : 469

Visites : 2233

Des dizaines de manifestations se sont tenues à travers tout le Royaume depuis le 11 mars dernier. Des réunions populaires spontanées en guise de solidarité avec les victimes des attentats de Madrid. Il y a eu Casablanca, Rabat, mais surtout Tanger et Al Hoceima, ville encore meurtrie par le tremblement de terre de février dernier.

Ils ont condamné les attentats commis chez notre voisin espagnol juste parce qu'ils jugeaient qu'il était normal de condamner une terreur aveugle qui avait tué des innocents, comme à Casablanca et à New York.

Comme quelques semaines auparavant à Al Hoceima, la mobilisation d'un Maroc dont nous soupçonnions à peine l'existence tant il avait surpris par la spontanéité de sa solidarité avec ses concitoyens du Rif, il refaisait surface après les attentats sanglants de Madrid. Comme pour nous démontrer une nouvelle fois qu'il y avait bel et bien un changement qui s'opérait au sein de la société marocaine.

S'organiser, préparer des pancartes, débourser de l'argent pour son prochain, être bénévole, n'est-ce pas là ce qu'on appelle la citoyenneté? Depuis le coup de massue du 16 mai, les Marocains semblent avoir compris, sans qu'on le leur apprenne à l'école, que leur touche personnelle pouvait compter pour leur pays.

Bien qu'à ces balbutiements seulement, le célèbre "ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour votre pays" semble peu à peu faire son chemin dans une société marocaine remarquablement surprenante.

Peu importe que les manifestations de soutien populaires en Europe n'ont pas été nombreuses après les attentats du 16 mai à Casablanca, peu importe aussi que l'on ait quelque peu oublié les victimes marocaines de ces attentats, les Marocains sont sortis dans plusieurs villes du Royaume après les attentats de Madrid, parce qu'ils tenaient à faire entendre leur voix au monde. Même si les caméras du monde n'y étaient pas ou préféraient traîner dans les quartiers où avaient vécu les suspects marocains des attentats de Madrid.

Ce sens de la citoyenneté est un phénomène nouveau et encourageant pour l'avenir de ce pays, le seul d'ailleurs dans le Monde arabe et musulman, à avoir organisé pour la seconde fois, la première après celle des attentats du 11 septembre 2001, une cérémonie oeucuménique à la mémoire des victimes du quadruple attentat de Madrid.
 
Cela se passait dans cette superbe cathédrale de Rabat où tous les courants politiques marocains, même les plus conservateurs, ont pris part à la cérémonie, aux côtés des communautés juive et chrétienne. Ce n'était pas un acte politique, mais la confirmation d'une culture profondément solidaire et fermement engagée pour la pacification du monde.

Le Maroc, un petit pays, pas vraiment riche, pas toujours assez encouragé par les médias, qu'ils soient d'ici ou d'ailleurs, a le mérite de ne jamais oublier certaines de ses valeurs fondatrices même dans les périodes les plus difficiles. Même lorsque ses extrémistes tentent de le déstabiliser en érigeant le crime en politique. Le peuple marocain est le premier à avoir compris que le moteur de la criminalité islamiste n'est pas social, mais idéologique.

Les Marocains spontanément sortis dans les rues d'un certain nombre de villes du pays, et rappelons-le même à Al Hoceima, en sont la preuve vivante.

Et cela est rassurant.
Vraiment rassurant pour l'avenir des futures générations de ce pays.


Par Samya Benmansour
le 22 Mars 2004
aljadida8.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés