onglet_artsouk onglet_artsouk

 

bateaux.jpg

Actualités

Méditerranée, la géopolitique du mélange

Réda Benkirane - Tribune de Genève

Réf : 392

Visites : 3739


Chaque été, des millions de pèlerins du plaisir entament leur migration-éclair pour les plages de la Méditerranée.  Le reste de l'année, l'Europe célèbre la Mare Nostrum dans les musées et les colloques. 
Au-delà des images de cartes postales et des catalogues miroitant un passé radieux, un rapide survol du pourtour méditerranéen suffit pour constater l'ampleur de sa fragmentation. 

En quatre années de guerre, la Yougoslavie a fait voler en éclats sa diversité culturelle. La Grèce cultive toujours sa mésentente avec le voisin turc, lui-même marchepied atlantiste languissant au seuil de l'Union Européenne.

 

La Syrie et le Liban ont pour le meilleur et pour le pire partie liée; le statu quo est leur unique horizon.

 

Las de guerroyer, l'État juif traverse la plus grande crise identitaire de son histoire: il cherche comment survivre à l'idéologie sioniste qui l'a fondé tout en se contentant d'une "paix froide".

 

Au bout d'une voie pavée de violence et d'amertume, le peuple palestinien ne croit plus à l'arabisme qui l'a si souvent porté puis délaissé; il entretient malgré tout la perspective de fonder un État ayant le bidonville de Gaza comme façade méditerranéenne.

 

L'Égypte quant à elle ne parvient pas à juguler le terrorisme qui la mine. La Libye, riche État bédouin, tourne au ralenti sous l'embargo aérien alors que la Tunisie bafoue en toute quiétude les droits de l'homme sous prétexte de bonne croissance économique et de lutte sans merci contre l'islamisme.

 

L'Algérie a basculé corps et âme dans une guerre civile qui ne dit pas son nom mais où l'immonde et le morbide enflent à la mesure de l'intérêt économique, de l'indifférence occidentale et surtout de la cassure identitaire d'un peuple si longtemps colonisé.

 

Bon an mal an, le Maroc tente une expérience d'alternance politique qui reste à faire ses preuves, mais surtout le royaume s'est avéré incapable d'apporter un règlement définitif au problème du Sahara occidental.

 

Alors que la France affronte ses démons nationaux - exclusion et extrême-droite - excités par la mondialisation, seules l'Espagne et l'Italie affichent dynamisme et créativité pour se tourner vers le grand projet européen.

 

Troublants paradoxes; au moment où l'Europe parachève son unification, elle a implicitement renoncé à sa vocation méditerranéenne en échange de son expansion nordique.




Imperceptiblement, elle s'est délestée de sa latinité au profit d'une culture de marché plutôt anglo-saxonne.
Quand elle consacre la libre circulation des biens et des personnes au sein de l'Espace Shengen, elle enclenche de façon synchrone la fermeture automatique de ses frontières
levkas.jpg

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés