onglet_artsouk onglet_artsouk

 

mar2.jpg

Actualités

l'héritage d'Al-andalus

http://www.legadoandalusi.es

Réf : 366

Visites : 2629

Filiations artistiques
Naissance et développement de l'art Hispano-Mauresque

L'Héritage d'al-Andalus et les spécifités marocaines
(XIº et XIVº siècle)

L'art marocain s'affirme à cette époque avec une réelle originalité.

Au début de l'Islam, une grande profusion de styles orientaux, marqués par des influences persane, mésopotamienne ou syrienne, allaient parvenir jusqu'au Maroc, amalgamés à l'art islamique de l'Orient.

C'est au contact des tendances artististiques que diffusaient les deux plus grands centres de rayonnement de l'Occident et de l'Orient musulman, c'est à dire Kairouan (Ifriquiya) et Cordoue (Andalousie), que s'est forgé l'art marocain.


LES MOSQUÉES MAROCAINES ET LEURS FILIATIONS
Cette filiation tient à deux modèles d'origine orientale: la Grande Mosquée oméyyade de Damas et celle d'al-Aqsa de Jérusalem. C'est de ces deux importants monuments religieux que sont issues la grande mosquée aghlabite de Kairouan et la célèbre mosquée de Cordoue. Après avoir oscillé jusqu'au XIºsiècle entre le courant de Kairouan et celui de Cordoue, le Maroc choisira d'adopter progressivement le modèle andalou sans pour autant négliger l'expérience de Kairouan. La mosquée almoravide de Tlemcen, les mosquées almohades de Taza et Tinmel dans le Haut-Atlas ainsi que la Koutoubia de Marrackech, toutes du XIIºsiècle, puisent dans cet héritage.


LE XIIº siècle,  l'une des périodes artistiques les plus fécondes.
"Le VIº siècle de l'Hégire (XIIº), époque de la domination almohade et almoravide en al-Andalus, fut l'une des périodes les plus riches de l'art islamique occidental, et en même temps, l'une de celles où l'on assimila le mieux les formes qui arrivèrent de l'Orient Méditerranéen"
                                     
Torres Balbas


Avec les Almoravides et les Almohades, de nouvelles techniques de construction voient le jour. Ainsi, on verra apparaître et se développer la création de coupoles à stalactites. Cette évolution plastique fut possible grâce aux progrès réalisés dans l'étude des mathématiques et de la géométrie. En même temps, on commence également à construire les toitures en charpente, qui donnent un aspect plus élancé à la coupole, tandis que les habituelles voûtes nervées de l'Islam occidental n'auront plus qu'un rôle décoratif.


LE MINARET ET SON ORIGINALITÉ
À l'origine, les mosquées n'avaient pas de minaret. L'un des premiers minarets connus est celui de la mosquée des Omeyyades à Damas (Syrie 715). Il constitue un symbole et un témoin de la "Victoire de l'Islam".


LE MIHRAB: DE LA SOBRIÉTÉ GÉOMÉTRIQUE À L'EXUBÉRANCE FLORALE:
Les mirhabs de la Koutoubia et de Tinmel, construits à l'époque almohade sont, si on les compare à ceux de la Grande Mosquée de Cordoue, les témoignages d'une interprétation et d'un choix ornemental différents.

Considéré comme l'élément le plus noble de la mosquée, le mirhab est la partie ou se concentrent les décorations les plus recherchées. Avec les Almohades, fidèles à leurs principes de sobriété, les décorations de stuc sont rigoureusement espacées et volontairement géométriques.

meknes.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés