onglet_artsouk onglet_artsouk

 

photosalma.jpg

Histoire

Bush, obscène mécanicien de l'empire,

par Arundhati Roy 'emarrakech.info'

Réf : 297

Visites : 3263

Mésopotamie, Babylone, Le Tigre et l'Euphrate.
Combien d'enfants, dans combien de salles de classe, pendant combien de siècles, ont voyagé dans le passé, transportés sur les ailes de ces mots ?

Et maintenant des bombes y tombent, et elles brûlent et humilient cette ancienne civilisation

Sur l'acier de leurs missiles, des soldats américains adolescents "griffonnent" des messages d'une écriture enfantine : pour Saddam, de la part du détachement des gros. Un immeuble est frappé. Un marché. Une maison. Une fille qui aime un garçon. Un enfant qui voulait seulement jouer avec les billes de son grand frère.

Le 21 mars, le jour qui a suivi le début de l'invasion et de l'occupation illégales de l'Irak par des troupes américaines et britanniques, un correspondant de CNN "intégré" (embedded) interviewait un soldat américain : "Je veux aller fourrer mon nez là-dedans, a dit le simple soldat A. J. Je veux me venger du 11 septembre."

Pour être honnête envers ce correspondant "intégré", on doit ajouter qu'il a timidement suggéré que jusqu'ici rien ne permettait d'établir un lien entre le gouvernement irakien et les attentats du 11 septembre 2001. Le simple soldat A. J. a tiré une langue longue comme ça : "Ouais, ben, tous ces trucs, ça me passe un peu au-dessus de la tête."

D'après une enquête New York Times/CBS, 42% des Américains croient que Saddam Hussein est directement responsable des attentats du 11 septembre contre le World Trade Center et le Pentagone. Et, d'après un sondage d'ABC, 55 % des Américains croient que Saddam Hussein soutient directement Al-Qaida.

Chacun peut imaginer quel est le pourcentage parmi les forces armées américaines qui croient à ces vérités fabriquées de toutes pièces. Il est peu probable que les soldats américains et britanniques qui combattent en Irak aient conscience que leurs gouvernements ont soutenu Saddam Hussein à la fois politiquement et financièrement tout au long de ses pires excès.

Pourquoi devrait-on accabler le pauvre A.J. et ses compagnons avec ce genre de détails ? Ça n'a plus aucune importance, n'est-ce pas ? Des centaines de milliers d'hommes, des chars, navires, hélicoptères, bombes, munitions, de la nourriture protéinée, des avions-cargos qui transportent du papier de toilette, des insecticides, des vitamines et des bouteilles d'eau minérale, sont en route. La logistique phénoménale de l'opération "Liberté pour l'Irak" en fait un univers en soi. Il n'est plus nécessaire d'en justifier l'existence. Elle existe. Elle est.

Le président George Bush, commandant en chef de l'US Army, de la marine, des forces aériennes et des marines, a donné des instructions claires. "L'Irak – Sera – Libéré." (Peut-être veut-il dire que même si les corps des Irakiens sont tués, leurs âmes seront libérées.)

Les citoyens américains et britanniques doivent au commandant suprême de renoncer à la pensée et de se rassembler derrière leurs soldats. Leurs pays sont en guerre ! Opération "Liberté en Irak"? Je ne le pense pas. Cela ressemble plutôt à l'opération "Faisons la course, mais d'abord laisse-moi te briser les genoux".

Devant les forces armées les plus riches, les mieux équipées et les plus puissantes que le monde ait jamais vues, l'Irak a montré un courage spectaculaire et a même réussi à opposer une véritable défense. Une défense que le couple Bush-Blair a aussitôt dénoncée comme une tromperie, une lâcheté. (Mais la tromperie est une vieille tradition chez nous, les indigènes. Quand nous sommes envahis/colonisés/occupés et qu'on nous ôte toute dignité, nous avons recours à la ruse et à l'opportunisme.)

Quand la télévision arabe Al-Jazira montre des civils blessés, on dénonce cela comme de la propagande arabe "émotionnelle" destinée à faire naître une hostilité envers les "alliés", comme si les Irakiens mouraient dans le seul but de faire croire que les "alliés" sont méchants. Même la télévision française a émis des critiques pour les mêmes raisons. Mais les porte-avions, les bombardiers furtifs et les missiles de croisière, qui traversent le ciel du désert sur les écrans des télévisions britanniques et américaines, sont décrits comme la "beauté terrible" de la guerre.

Quand des soldats de l'armée américaine d'invasion (l'armée "qui n'est là que pour aider") sont faits prisonniers et montrés à la télévision irakienne, George Bush dit que cela viole la convention de Genève et "montre le mal qui au cœur du régime". Mais il est tout à fait acceptable que des chaînes de télévision américaines montrent les centaines de prisonniers détenus par le gouvernement américain sur la base de Guantanamo, agenouillés sur le sol, les mains attachées dans le dos, un bandeau sur les yeux et un casque sur les oreilles pour assurer une perte visuelle et auditive absolue. Quand on les interroge sur le sort réservé aux prisonniers de Guantanamo, les officiels du gouvernement américain ne nient pas qu'ils sont maltraités. Mais ils nient qu'il s'agisse de "prisonniers de guerre" ! Ils disent que ce sont des "combattants illégaux", ce qui implique que leur traitement est légitime !

Quand les "alliés" ont bombardé les locaux de la télévision irakienne (ce qui, soit dit en passant, est aussi contraire à la convention de Genève), il y a eu une jubilation grossière dans les médias américains. En fait, depuis quelque temps, Fox TV menait une opération de lobbying pour que cette attaque ait lieu. Cela a été vu comme quelque chose de justifié contre la propagande arabe. Mais les principales chaînes de télévision américaines et britanniques continuent à se vanter d'être "équilibrées", alors que leur propagande atteint des niveaux hallucinants.

Pourquoi la propagande devrait-elle être l'apanage des médias occidentaux ? Simplement parce qu'ils s'y prennent mieux ? Les journalistes occidentaux "intégrés" ont reçu le statut de héros travaillant sur les lignes de combat. Le travail des journalistes "non intégrés" (comme Rageh Omaar de la BBC, bouleversé par les corps d'enfants brûlés et par des blessés) est remis en cause avant même qu'ils commencent leur reportage : "Nous devons vous prévenir que ce reportage est contrôlé par les autorités irakiennes."

Les télévisions américaines et britanniques parlent de plus en plus des soldats irakiens comme de "miliciens" (c'est-à-dire la populace). Un correspondant de la BBC parle d'eux sur un ton solennel comme de "quasi-terroristes". La défense irakienne est de la "résistance", ou pis, des "poches de résistance". La stratégie irakienne est de la tromperie.

Pour les "alliés", il est clair que la seule stratégie moralement acceptable de la part de l'armée irakienne serait qu'elle s'avance dans le désert pour y être écrasée sous les bombes des B-52 ou mise en pièces par les mitrailleuses. Tout le reste est tricherie.

Et maintenant, il y a le siège de Bassora. Un million et demi de personnes, dont 40 % d'enfants. Sans eau potable et avec très peu de nourriture. Nous attendons toujours le mythique "soulèvement" chiite, les foules heureuses qui sortiront de la ville et qui lanceront des roses et des hosannas sur l'armée de "libération". Où sont les foules ? Ne savent-ils pas, ces Irakiens, que les productions de télé travaillent pour boucler les programmes ? Si le régime de Saddam Hussein tombe, il se peut fort bien qu'on danse dans les rues de Bassora. Mais si le régime de Bush tombait, on danserait dans les rues du monde entier.

Après des jours de famine et de soif imposées aux citoyens de Bassora, les "alliés" ont amené quelques camions de nourriture et d'eau, et ils les ontmis en stationnement à la périphérie de la ville, là où ils étaient très tentants. Des gens désespérés se sont précipités sur les camions et se sont battus pour avoir de la nourriture. (On a entendu dire que l'eau était vendue. Pour relancer l'économie agonisante, vous comprenez.) Sur les camions, des photographes désespérés se battaient pour prendre des photos des gens désespérés qui se battaient pour avoir de quoi manger. Ces photos seront envoyées, via des agences, à des journaux et à des magazines de luxe qui paient bien. Leur message : les messies sont arrivés, qui distribuent des pains et des poissons.

En juillet dernier, la livraison à l'Irak de 5,4 milliards de dollars de marchandises a été bloquée par le couple Bush-Blair. Cela n'a pas fait les gros titres. Mais, aujourd'hui, sous la tendre caresse de la télévision en direct, 450 tonnes d'aide humanitaire – une part minuscule de ce qui est nécessaire (appelons ça des accessoires de mise en scène) – sont arrivées sur un bateau anglais, le Sir-Galahad. L'entrée dans le port d'Oum Qasr a mérité une journée entière de reportages en direct. Quelqu'un veut-il un sac pour dégueuler ?

Nick Guttmann, directeur des urgences pour Christian Aid, a écrit dans l'Independant on Sunday qu'il faudrait trente-deux Sir-Galahad par jour pour atteindre la quantité de nourriture que recevait l'Irak avant le début des bombardements. Pourtant, cela ne devrait pas nous surprendre. C'est une vieille tactique. Les Américains l'ont mise en pratique il y a longtemps. Voyez cette modeste proposition de John McNaughton publiée par le Pentagone pendant la guerre du Vietnam : "Les frappes dirigées contre la population risquent non seulement de créer une vague de répulsion contre-productive à l'étranger, mais elles risquent aussi d'augmenter la possibilité d'un élargissement du conflit à la Chine et à l'Union soviétique. En revanche, la destruction d'écluses et de barrages – si elle est correctement faite – peut être porteuse de promesses. Elle mérite d'être étudiée. De telles destructions ne tuent pas et ne noient pas les gens. L'inondation des rizières après quelque temps répand la famine, sauf si on fournit de la nourriture – ce que nous pouvons offrir à la table de conférence."

Les temps n'ont pas beaucoup changé. La technique a évolué pour devenir une doctrine. Cela s'appelle "gagner les cœurs et les esprits". Voici la mathématique morale : 200 000 Irakiens ont été tués pendant la première guerre du Golfe. Des centaines de milliers de personnes sont mortes à cause des sanctions économiques. (Au moins, ceux-là ont été sauvés de Saddam Hussein.) On en tue encore plus chaque jour. Des milliers de soldats américains qui ont combattu pendant la guerre de 1991 sont déclarés officiellement "invalides" à cause d'une maladie appelée "syndrome de la guerre du Golfe", en partie en raison, croit-on, de l'exposition à de l'uranium appauvri. Cela n'a pas empêché les "alliés" de continuer à utiliser cet uranium appauvri.

On parle maintenant de ramener l'ONU sur le devant de la scène. Mais cette vieille dame ONU, il apparaît qu'elle n'était pas aussi extraordinaire qu'on le disait. On l'a rétrogradée (même si elle conserve son salaire élevé). Elle est devenue la concierge du monde. C'est la femme de ménage philippine, la jamadarni indienne, la fiancée par correspondance thaïlandaise, l'aide ménagère mexicaine, la jeune fille au pair jamaïcaine. On l'emploie pour nettoyer la merde des autres. On en use et abuse à volonté.

Malgré les soumissions empressées de Tony Blair et ses manières serviles, George Bush a dit clairement que l'ONU ne jouerait aucun rôle indépendant dans l'Irak d'après-guerre. Les Etats-Unis choisissent ceux qui bénéficieront des juteux contrats de "reconstruction". Bush a demandé à la communauté internationale de ne pas "politiser" la question de l'aide humanitaire. Le 28 mars, après que Bush eut demandé la reprise immédiate du programme de l'ONU "Pétrole contre nourriture", le Conseil de sécurité a voté la résolution à l'unanimité. Cela signifie que tout le monde est d'accord pour que l'argent irakien (tiré de la vente du pétrole) soit utilisé pour nourrir le peuple irakien qui meurt de faim à cause des sanctions imposées par les Etats-Unis et à cause de la guerre illégale menée par les Etats-Unis.

On nous dit que les contrats pour la "reconstruction" de l'Irak pourraient relancer l'économie mondiale. Il est amusant de voir comment les intérêts des entreprises américaines se confondent si souvent, si bien et si délibérément avec les intérêts de l'économie mondiale.

Pendant que le peuple américain finira de payer pour la guerre, les compagnies pétrolières, les fabricants et les marchands d'armes, et les entreprises impliquées dans la "reconstruction" tireront directement des profits de la guerre. Beaucoup, parmi eux, sont de vieux amis et d'anciens employeurs de la clique Bush-Cheney-Rumsfeld-Rice. On négocie déjà les contrats pour la "reconstruction". Ces nouvelles ne font pas la "une" des journaux parce que la plupart des entreprises de presse américaines appartiennent et sont dirigées par les mêmes intérêts.

Tony Blair assure que l'opération "Liberté pour l'Irak" permet de rendre le pétrole irakien au peuple irakien. C'est-à-dire qu'on rend le pétrole irakien au peuple irakien via les multinationales comme Shell, Chevron, Halliburton. Ou quelque chose nous a-t-il échappé ? Halliburton est peut-être une société irakienne ? Le vice-président Dick Cheney (qui est un ancien patron d'Halliburton) est peut-être un crypto-Irakien ?

Alors que le fossé se creuse entre l'Europe et l'Amérique, des signes indiquent que l'on pourrait entrer dans une nouvelle période de boycotts économiques. Le problème, c'est que, si les retombées de la guerre entraînent ce genre de choses, ce sont les Etats-Unis qui vont souffrir le plus. Leur territoire est peut-être défendu par des gardes-frontières et des armes nucléaires, leur économie est reliée à la terre entière. Leurs avant-postes économiques sont exposés et vulnérables aux attaques venant de toutes les directions. Déjà on publie sur Internet des listes de produits américains et britanniques et de sociétés qui devraient être boycottés. En dehors des cibles habituelles, Coca, Pepsi et McDonald, des agences gouvernementales comme Usaid, la britannique SFID, les banques américaines et anglaises, Arthur Anderson, Merrill Lynch, American Express, des entreprises comme Bechtel, General Electric ou encore Reebok, Nike et Gap, pourraient se retrouver en état de siège. Ces listes sont complétées et affinées par des militants dans le monde entier. Elles pourraient devenir un guide pratique que dirigerait et canaliserait la colère encore informe, mais qui monte dans le monde.

Brusquement, l'aspect "inévitable" du projet de globalisation commence à sembler plus qu'un peu évitable.

Il devient clair que la guerre contre le terrorisme n'est pas vraiment dirigée contre le terrorisme, et que la guerre en Irak ne concerne pas seulement le pétrole. C'est la tendance à l'autodestruction d'une superpuissance en route vers la suprématie, la domination, l'hégémonie globale. On soutient que le peuple d'Argentine et le peuple d'Irak ont été tous deux décimés par le même processus. Seules les armes utilisées contre eux sont différentes : dans un cas, c'est le carnet de chèques du FMI ; dans l'autre, des missiles.

Enfin, il y a la question de l'arsenal des armes de destruction massive de Saddam Hussein. (Tiens, on les avait presque oubliées, celles-là !) Dans la brume de la guerre, une chose sûre : si le régime de Saddam Hussein possède effectivement des armes de destruction massive, il manifeste un degré étonnant de responsabilité et de retenue dans une telle situation de provocation extrême. Dans des circonstances semblables (par exemple, si l'armée irakienne bombardait New York et faisait le siège de Washington), pourrait-on en attendre autant de la part du régime de Bush ? Garderait-il ses milliers de têtes nucléaires enveloppées dans leur papier d'emballage ? Et ses armes chimiques et biologiques ? Ses stocks de bacilles du charbon, de variole, et ses gaz neurotoxiques ? Laissez-moi rire. Dans la brume de la guerre, nous en sommes réduits aux spéculations : soit Saddam Hussein est un tyran extrêmement responsable. Soit, tout simplement, il ne possède pas d'armes de destruction massive. De toute façon, et quoi qu'il se passe maintenant, l'Irak sort de l'épreuve en meilleur état que le gouvernement américain.

Voici l'Irak – un Etat voyou, une grave menace pour la paix du monde, un membre de l'"axe du Mal". Voici l'Irak, envahi, bombardé, assiégé, brutalisé, on chie sur sa souveraineté, le cancer tue ses enfants, on massacre sa population dans les rues.

Et nous regardons CNN-BBC, BBC-CNN, tard dans la nuit. Nous voici, nous supportons les horreurs de la guerre, les horreurs de la propagande et le massacre du langage comme nous le connaissons et le comprenons. Aujourd'hui, liberté signifie meurtre de masse (ou, aux Etats-Unis, pommes de terre frites). Quand quelqu'un dit "aide humanitaire", nous recherchons immédiatement la famine provoquée. "Intégré", je dois le reconnaître, est une sacrée trouvaille.

Dans la plupart des régions du monde, l'invasion de l'Irak est vue comme une guerre raciste. Le vrai danger d'une guerre raciste déclenchée par des régimes racistes, c'est qu'elle engendre le racisme chez tout le monde – les auteurs du crime, les victimes, les spectateurs. Elle pose les paramètres du débat, une grille pour une façon particulière de penser.

Un raz-de-marée de haine à l'égard des Etats-Unis se lève du cœur ancien du monde. En Afrique, en Amérique latine, en Asie, en Europe, en Australie. Je rencontre cette haine chaque jour. Parfois elle vient des sources les plus inattendues. Les banquiers, les hommes d'affaires, les futurs cadres dynamiques, et ils y apportent toute la grossièreté de leurs conceptions politiques conservatrices et intolérantes. Cette incapacité absurde à séparer les gouvernements des peuples : l'Amérique est une nation de crétins, d'assassins, disent-ils (avec la même insouciance que lorsqu'ils disaient : "Tous les musulmans sont des terroristes").

Même dans l'univers grotesque de l'insulte raciste, les Britanniques font leur entrée comme personnages secondaires. On les traite de lèche-cul ! Brusquement, moi, qu'on a calomniée en me traitant d'"antiaméricaine" et "anti-occidentale", je me retrouve dans la position extraordinaire de devoir défendre le peuple américain. Et britannique.

Ceux qui descendent si facilement dans les bas-fonds de l'insulte raciste feraient bien de se souvenir des centaines de milliers de citoyens américains et britanniques qui ont manifesté contre les stocks d'armes nucléaires de leur pays. Et des milliers d'Américains qui ont lutté contre la guerre du Vietnam et ont obligé leur gouvernement à se retirer de ce pays. Ils devraient savoir que les critiques les plus érudites, les plus cinglantes et les plus drôles du gouvernement américain et de l'"American way of life" viennent de citoyens américains. Et que la condamnation la plus drôle, la plus caustique de leur premier ministre vient des médias anglais. Ils devraient enfin se rappeler : en ce moment même, des centaines de milliers de citoyens américains et britanniques descendent dans les rues pour manifester contre la guerre.

La coalition est formée des gouvernements, pas des peuples. Plus d'un tiers des citoyens américains ont résisté à la propagande incessante à laquelle ils ont été soumis, et des milliers d'entre eux luttent activement contre leur gouvernement. Dans le climat de patriotisme exalté qui prévaut aux Etats-Unis, c'est se montrer aussi courageux que tout Irakien(ne) qui lutte pour sa patrie.

Pendant que les "alliés" attendent dans le désert un soulèvement des musulmans chiites dans les rues de Bassora, le véritable soulèvement a lieu dans des centaines de villes à travers le monde. C'est la plus grande manifestation de moralité publique jamais vue. Les plus courageux sont les centaines de milliers d'Américains qui défilent dans les rues des grandes villes américaines.

C'est un fait qu'aujourd'hui, dans le monde, la seule institution qui soit plus puissante que le gouvernement américain, c'est la société civile américaine. Les citoyens américains portent une immense responsabilité sur leurs épaules. Comment ne pas saluer et ne pas soutenir ceux qui non seulement la reconnaissent, mais agissent en fonction de cette responsabilité ? Ce sont nos alliés, nos amis.

Au bout du compte, il faut dire encore que les dictateurs comme Saddam Hussein et tous les despotes du Moyen-Orient, dans les républiques d'Asie centrale, en Afrique et en Amérique latine, dont beaucoup ont été installés au pouvoir, soutenus et financés par le gouvernement américain, sont une menace pour leur propre peuple. A part renforcer la société civile (au lieu de l'affaiblir comme cela a été fait dans le cas de l'Irak), il n'existe pas de façon aisée ni parfaite de traiter avec eux. Il est étrange de voir comment ceux qui rejettent le mouvement pour la paix comme utopique n'hésitent pas à avancer les raisons les plus romanesques pour partir en guerre : éradiquer le terrorisme, instituer la démocratie, éliminer le fascisme, et – la plus amusante – "débarrasser le monde des méchants".)

Quoi que nous raconte la machine de la propagande, ces dictateurs de pacotille ne sont pas ce qui menace le plus le monde. Le vrai danger et le plus pressant, la plus grande menace, c'est la force motrice qui fait tourner le moteur politique et économique du gouvernement américain, actuellement piloté par George Bush.

Il est très drôle de dénigrer systématiquement Bush, parce qu'il représente une cible facile, fastueuse. Il est vrai que c'est un pilote dangereux, presque suicidaire, mais la machine qu'il conduit est bien plus dangereuse que l'homme.

Malgré le voile obscur qui s'est abattu sur nous, j'aimerais avancer des raisons prudentes d'espoir : en temps de guerre, on veut que son plus faible ennemi tienne la barre. Et c'est assurément le cas du président Bush. N'importe quel autre président américain, même moyennement intelligent, aurait sans aucun doute fait exactement pareil, mais il se serait débrouillé pour masquer les choses et semer le désordre dans l'opposition. Il aurait peut-être même entraîné les Nations unies derrière lui.

L'imprudence grossière de Bush et sa croyance arrogante qu'il peut diriger le monde avec son équipe de violents ont produit l'inverse.Il a réussi à faire ce que les écrivains, les militants et les universitaires se sont efforcés de réaliser pendant des années. Il a révélé les rouages de la machine. Il a mis sous les yeux du public les mécanismes essentiels de la machine apocalyptique de l'empire américain.
Maintenant que le plan de cette machine (le Guide de l'empire pour personne ordinaire) a été mis en circulation, il pourrait devenir caduc plus vite que ne l'ont prédit les experts.

Apportez les outils.
Traduit de l'anglais parJean Guiloineau. © Arundhati Roy, 2003.
Texte d'abord paru dans "The Guardian".

Arundhati Roy est écrivain -
Le Monde Le 2003/4/9

sources :  www.emarrakech.info 
bab.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés