onglet_artsouk onglet_artsouk

 

fes_zellige1.jpg

Actualités

L’art du zellige

artsouk.com

Réf : 167

Visites : 6715

L’art du zellige est un art probablement dérivé de la mosaïque byzantine faite de pierres colorées et de smalts. 

Le zellige est un produit plus spécifiquement artisanal de par la modestie de son origine et l’habileté dont il faut faire preuve pour le travailler.
Il s’agit en fait de carreaux de terre cuite recouverts ou non d’émail.

Ces carreaux sont taillés manuellement à l’aide de lourd marteau (menqach) qui contrastent avec la délicatesse des pièces obtenues. Ces pièces, par un jeu de puzzle savant, composent ensuite un motif qui obéit aux règles des tracés régulateurs, discipline, répétons-le, de tous les arts islamiques.

L’argile de Fès qui entre dans la composition de ces carreaux est extraite sous forme de blocs. Elle est immergée ensuite durant vingt-quatre heures dans la zouba, sorte de bassin. Jambes et bras dans l’eau, le "ajjan", ou mélangeur, malaxe la terre afin de la rendre homogène.

La consistance de la terre est alors propice à la manutention. Un gabarit de bois permet de fabriquer les carrés. Ils sont exposés au soleil, le temps de se raffermir à point. Ils sont ensuite aplatis sur une planche, puis parfaitement lissés à la spatule avant d’être coupés.

Les carrés sont alors totalement séché au soleil, le temps de séchage étant fonction des conditions atmosphériques.

L'assemblage
La créativité du maalem (artisan) conduit parfois à des défis techniques, tant la taille des zelliges devient fine et minutieuse. Ainsi, certaines petites rosaces centrales se composent de quelque cent cinquante pièces de zelliges tellement minuscules qu’elles tiennent dans une petite boîte d’allumettes.

Quand la composition de ces panneaux est très complexe, les ferragha se servent pour la pose d’une petite pince appelée zfiyet, aussi fine qu’une pince à épiler.

Pour la réalisation du panneau mural de la fontaine du patio de l’hôtel Sahara d’Agadir, l’architecte et le maaleem ont fait preuve d’une maîtrise et d’une audace particulières. Ce panneau mural, qui mesure 6 mètres de large sur 20 mètres de haut, est composé de motifs géants.

Pour la réalisation d’un seul frima, le zelligeur a été amené à utiliser trois carreaux de terre cuite. Cette œuvre est une réussite. Elle doit cependant être à votre avis considéré comme une fantaisie habile, mais tout à fait inhabituelle. Quelle que soit la dimension des pièces de zelliges, le maalem zlaiji a dû réaliser un échantillon de forme et de motif. Cette création est faite à l’endroit, c’est-à-dire avec émail visible, mais nous verrons ensuite qu’en fait le zellige se travaille et se pose à l’envers.

Pour sélectionner les motifs et les couleurs, le maalem exécute son panneau originel sur le sable. Les ferrägha se baseront ensuite sur cet échantillon pour effectuer leur travail.

Sur un sol parfaitement lisse, l’artisan trace les lignes essentielles de la composition décorative dont les éléments vont être assemblés. Le cadre du panneau est défini par des liteaux rectilignes. Les zelliges sont disposés émail contre sol, à partir des centre, et la décoration se construit patiemment comme un puzzle dont on ne verrait pas les images colorées.

Lorsque le motif est composé d’une rosace centrale, l’artisan commence son travail par cette rosace qui, comme une mère dans le tracé régulateur, commande la poursuit de la pose des autres motifs.

Inspiré par le panneau originel fait par le maallem zelligeur, le maalem ferragh connaît toujours le départ de la composition d’un panneau. Ses aides posent ensuite les pièces à l’envers.

Ce travail semble mystérieux et d’une habileté rare pour le profane. Les petites pièces de zelliges seront posées minutieusement, mais il faudra souvent les limer sur une pierre afin de rectifier les formes pour permettre une parfaite intégration.

L’épaisseur du panneau préfabriqué au sol, jointe à l’épaisseur du lait de mortier qui scelle ce panne au mur, éloigne les zelliges d’environ 4 à 5 centimètres du mur.

C’est pour faire disparaître ce décrochement que les lambris de zelliges sont généralement ceinturés d’une sorte de grande cimaise en plâtre sculpté.

Aux temps anciens, les murs étaient généralement en pisé.  Le constructeur prévoyait dans ce pisé le retrait nécessaire à l’encastrement du panneau de zelliges. Une technique plus ancienne et plus orthodoxe, nommée frach, impose la composition des zelliges à l’endroit sur le mur même .

cette technique plus traditionnelle est presque totalement abandonnée, sauf pour des travaux exceptionnels, particulièrement délicats

Retrouvez dans la boutique en ligne d'artsouk, tous les produits issus de l'artisanat traditionnel marocain du Zelliges et du fer forgé.

Ces métiers étant créatifs et évolutifs, il vous est possible de nous consulter pour toutes vos demandes de fabrication spécifiques ou sur-mesure. Les délais sont généralement de 4 à 6 semaines.

Voir tous les produits en zellige et fer forgé

 

zellij1.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés