onglet_artsouk onglet_artsouk

 

Scheherazade_2.jpg

Orientales

Schéhérazade la stratégie du feuilleton

Par Margaret Sironval

Réf : 1451

Visites : 3870

Elle vient à peine d'épouser le roi, et doit, au petit matin, succomber sous le sabre de son propre père, grand vizir du royaume. Mais Schéhérazade a du courage, de l'esprit et beaucoup d'imagination ...
Par Margaret Sironval

Ouvrez les Mille et Une Nuits et vous n'êtes plus sûrs de rien, sinon de vos joies de lecteur qui, de page en page, se multiplient.  Ici, rien n'est gratuit. Tout ce qui arrive est précis et motivé. Ici, tout est rêve, mais lumineux. Dans cet Orient de légende, ou chaque horizon connait le vertige des mirages, ou les choses de la terre se transforment continuellement, nous ne sortons pas de l'émerveillement.

 

Ici, tout est désir, espoir, plaisir. Sans doute est-ce Dieu qui a confié à une jeune princesse le soin de gouverner ces contes de sa voix exquise et de tous les délices de son imagination.

 

Cette princesse s'appelle Schéhérazade. Et elle conte au roi Shahriyar, durant mille et une nuits, les prodiges surprenants de la vie d'hommes parfois aidés ou maltraités par des génies, ces divinités habitant la terre, le fond des mers ou la profondeur des airs. Grace à sa fertilité d'esprit, Schéhérazade va sauver sa tête ainsi que celui de toutes les jeunes musulmanes du royaume. Car Le roi Shahriyar est exigeant mais aussi cruel.

 

Son frère, Le roi Shahzaman, et lui-même ont surpris leurs femmes en relation avec d'autres hommes. Après les avoir tuées, ils ont abandonne leur royaume et choisi la vie de moine errant. Alors qu'ils transportent leur douleur à travers Le monde, ils rencontrent un génie, endormiauprès d'une belle adolescente qu'il a ravie Le soir de ses noces et qu'il tient la plupart du temps enfermée dans une caisse, pour être sur de sa fidélité. En voyant les deux rois, l’adolescente leur fait des signes non équivoques et les menace de les dénoncer au génie s'ils n'accèdent pas à ses désirs. Les deux frères, bien sur, cèdent. Des lors, elle s'empare de leurs deux bagues et les ajoutent aux anneaux qui ornent déjà ses doigts.  

 

Désormais, ceux-ci sont au nombre de cent. Cent anneaux, correspondant aux cent fois ou elle a trahi sa fidélité, et Le génie. Les deux frères sont saisis de stupeur. L:infortune de ce génie puissant leur fait alors oublier leurs propres malheurs. 1aL pour un temps seulement. En effet, Le roi Shahriyar, lui, n'accepte pas d'avoir été trompe, et ne veut plus jamais l'être. De plus, c'est un homme d'action. Aussi imagine-t-il de se faire amener, chaque soir, par son vizir, une jeune fille qu'il épouse, et fait tuer au petit matin. Peu 2 peu, sa barbarie dépeuple son royaume. Schéhérazade, la propre fille du grand vizir, décide alors de se dévouer pour arrachera la mort toute  sœurs musulmanes. Elle a du courage,  de  la pénétration. Elle a beaucoup lu et a une mémoire si prodigieuse que rien ne lui a échappe.

 

Elle connait la philosophie, la médecine, l'histoire, les Beaux-arts. Elle fait des vers mieux que les poètes les plus célèbres. Et elle est belle. Son stratagème est habile. Après s'être fait épouser par Le roi, elle entreprend, la nuit de ses noces, de lui dire un conte que les lueurs du matin laissent inachevé. Le roi, qui veut entendre la suite, reporte donc  l'exécution de Schéhérazade au jour suivant. Mais nuit après nuit, le même scenario se reproduit. Schéhérazade enchevêtre les histoires  à la manière des architectes égyptiens qui construisaient les labyrinthes. On passe de l'une à l'autre sans y prendre garde, et on attend avec impatience la suite, le lendemain. 

La situation pathétique de Schéhérazade, qui écarte la mort en gagnant du temps, en divertissant, en enseignant, accroit encore  davantage l'intérêt de ses histoires.

 

Le monde des Mme et Une Nuits couvre des milliers de kilomètres de la planète Terre. II suit les grands itinéraires marchands du monde arabo-islamique médiéval, de la Chine a l'Inde, il franchit les cols, traverse les déserts, les mers, pénètre les plus anciennes et les plus grandes villes de l'Iran, l'Irak, la Syrie, l’Égypte. Voyage dans l'espace, voyage dans le temps aussi. Nuits multipliées encore par les mystères de leurs origines lointaines et incertaines.

 

On ne sait rien, précisément, de la naissance des Nuits. II en existe une première mention dans un livre du Xe siècle (IVème siècle de l'hégire), dans un chapitre des Prairies d'or, grande encyclopédie de l'historien  Mas’udï. D'après lui, la première traduction connue en arabe aurait été faite dans la seconde moitie du vine siècle, a partir d'un livre persan, le Hezar Efsane, (Les mille contes), lui-même traduit d'un original indien.

 

La question de la genèse du recueil a donne lieu a des débats relatifs a son origine indo-persane ou proprement arabe. Certaines des histoires contenues dans l'ouvrage sont sûrement issues de l'Inde, de la Perse, et d'empires anciens, tels que la Grèce antique, l'Arabie préislamique, l'Égypte pharaonique, la Mésopotamie, l'Iran préislamique ou Byzance. Ces histoires ont sans doute d'abord circule individuellement, puis ont été intégrées au recueil. C'est le cas de Sindbad le marin et de ces contes déclamés sur la place publique puis consignes par écrit. 

Quoi qu'il en soit, et quelle que soit son origine, indienne ou persane, chaque conte, écrit ou dit en arabe, est remanie par Le conteur ou Le scribe pour qu'il devienne arabe et musulman. 

Scheherazade_1.jpg

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés