onglet_artsouk onglet_artsouk

 

palmeraie-ifrane.jpg

Actualités

Acteurs de la société et citoyens invités à participer au débat à travers les régions et à formuler leurs suggestions

Asmâa RHLALOU et Ahmed NAJI

Réf : 1394

Visites : 2061

Le Premier ministre préside le lancement officiel de la concertation sur la charte nationale de l’environnement et du développement durable. Le gouvernement a fait de la question environnementale un axe principal pour le développement socio-économique du pays.
Le premier ministre, M. Abbas Fassi, a présidé hier, à Rabat, la journée de lancement de la concertation sur le projet de charte nationale de l’environnement et du développement durable.

Se référant au discours du trône prononcé par SM le Roi Mohammed VI en juillet 2009, dans lequel le Souverain a appelé de ses vœux à créer une dynamique nouvelle réaffirmant que la préservation de l’environnement doit être une préoccupation permanente de tous les Marocains dans le processus de développement durable du Maroc, le Premier ministre a déclaré, dans son allocution d’ouverture de cette journée, que le gouvernement a fait de la question environnementale un axe principal pour le développement socio-économique du pays.

Rappelant que le Maroc avait déjà entamé l’application de plusieurs programmes et stratégies nationales portant sur la préservation et la valorisation du patrimoine culturel, M. Abbas Fassi à énumérer à ce sujet la stratégie de l’eau, qui vise à élaborer des plans pour préserver le Maroc de la pénurie d’eau à l’horizon 2030, le «Plan vert» qui ambitionne de garantir la sécurité alimentaire et oriente l’exploitation des ressources naturelles, le programme d’efficacité énergétique pour le développement des énergies renouvelables, le programme «Villes sans bidonvilles» qui a déjà fait que 38 agglomérations et centres urbains ont été déjà déclarés sans bidonvilles, la stratégie de lutte contre la désertification à travers la plantation d’un million de palmiers, le «Plan Halieutis» pour la préservation des ressources halieutiques, le développement du transport «propre» pour lutter contre la pollution à travers l’adoption du transport ferroviaire dans les grandes villes et l’utilisation des carburants non polluants, outre la poursuite de la mise en œuvre de l’INDH.

Le Premier ministre a souligné que l’adoption de la charte nationale de l’environnement nécessite la participation de tous les acteurs de la société marocaine, citoyens, militants associatifs, élus, opérateurs économiques, appelés à donner leur avis et à présenter leurs recommandations. Cette concertation donnera lieu à des conférences débats qui se tiendront dans les seize régions du Royaume et débutera le 18 janvier courant. Pendant tout un mois, militants écologistes et élus locaux vont exprimer leurs avis et émettre des propositions concernant ce projet de charte. Toutes ces remarques seront prises en compte dans la conception de la version finale de la charte nationale de l’environnement.

Par ailleurs, les citoyens pourront également prendre part à ce débat national sur la préservation de l’environnement sur un site web consacré à cet effet afin de nourrir ce projet.

Ainsi, la mise en oeuvre de la convention-cadre de partenariat, signée le 14 avril 2009 à Fès devant SM le Roi Mohammed VI, pour la réalisation des projets intégrés dans les secteurs de l’eau et de l’environnement dans la région de Souss-Massa-Draâ, constitue-t-elle un pas en avant dans le sens du renforcement de la régionalisation et de la politique de proximité, a indiqué M. Abbas Fassi.

L’application de ses accords a donc déjà commencé, a-t-il souligné. Ainsi en est-il de l’assainissement liquide et du traitement des eaux usées, avec pour objectif d’atteindre une capacité du réseau à hauteur de 100%, à travers la construction de stations de traitement des eaux usées dans 330 agglomérations et centres urbains et la réutilisation de ces eaux usées pour l’irrigation -à hauteur de 100% à l’horizon 2030. L’assainissement liquide en milieu rural devrait également atteindre les 50% en 2020 et 80% en 2030, afin de réduire la pollution domestique.

Concernant l’assainissement des déchets solides, il est prévu de réhabiliter des sites existants de traitement de ces déchets solides à hauteur de 100%, de construire de nouveaux sites qui répondent aux critères environnementaux dans 350 villes et centres urbains, outre l’amélioration du tri des déchets solides à hauteur de 20% à l’horizon 2015.

Un autre volet de ces accords porte sur le programme national de lutte contre la pollution industrielle et le programme national de protection contre la pollution industrielle qui visent l’élaboration d’un plan national et de plans spécifiques destinés aux unités industrielles, afin de maîtriser et de réduire les menaces que fait peser cette pollution sur l’environnement.
Le gouvernement, a déclaré le Premier ministre, veille à garantir le droit de tous les citoyens de vivre dans un milieu naturel sain et un environnement équilibré, en préservant et en assurant la pérennité du patrimoine naturel et culturel, considéré comme un bien commun et un héritage à léguer aux générations futures.

Source : lopinion.ma
Publié le 17 janvier 2010
sahara1.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés