onglet_artsouk onglet_artsouk

 

casa_mer.jpg

Actualités

11 ème édition du Festival Gnaoua. L’animation touristique et culturelle : vrai levier de développement

Mohamed RIAL, www.lopinion.ma, le 24 juin 08

Réf : 1107

Visites : 2482

Les grands maâlem gnaoua souiris, seront encore une fois au rendez-vous du festival Gnaoua, dans sa 11 ème édition. Mahmoud Guénia, Bakbou, Marchane, Koyou, Belghiti, Kasri, Alikane animeront les différentes scènes du festival.
Les fans du gnaoua vivront, une fois encore des moments de “jadba gnaouia”, à la fois dans la pure tradition comme à travers des fusions, qui souvent sont d’une réussite formidable. Du 26 au 29 juin, toute la ville d’Essaouira se met au rythme gnaoua, au sens propre comme au figuré.

C’est particulièrement la Médina qui est prise d’assaut par les Mlouks gnaouas qui y soufflent un air magique spécifique.

Jeunes et moins jeunes, familles entières, touristes, visiteurs nationaux, locaux, la ville d’Essaouira multiplie par dix sa population, dans un esprit décontracté, où la musique prend le dessus sur tout. On se rappelle encore le grand succès de la 10 ème édition. L’édition qui avait battu le record d’affluence. Le festival Gnaoua, a eu quelque difficulté à démarrer cette année en matière d’organisation, liée à la nouvelle structure (Fondation pour l’Art, la Culture et le Patrimoine) créée pour gérer tous les festivals organisés à Essaouira. Le retard fut rattrapé par A3 communication, qui, cette année encore, se charge de l’organisation.

Il est à savoir que le succès du Festival Gnaoua est très particulier dans l’histoire d’Essaouira et dans l’histoire de l’organisation des festivals au Maroc. Le festival est un bon levier de développement économique et touristique qui cadre avec l’approche voulant que la culture à Essaouira soit le véhicule par lequel passera le développement d’Essaouira. Onze ans après, cela s’est avéré judicieux et porteur. Le bilan des réalisations socio-économiques ( tout particulièrement en matière d’investissement touristique) de ces dix dernières années est plus que positif. Il a permis à Essaouira de prendre une place importante dans l’échiquier des destinations touristiques nationales de valeur.

Devenu en quelques années un rendez-vous incontournable pour les grands jazzmen du monde entier, ayant séduit tour à tour Pat Metheny, Joe Zawinul ou encore Stefano di Battista, le Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira accueillera cette année une légende du jazz, le saxophoniste américain Wayne Shorter, pour un concert exceptionnel le vendredi 27 juin à 22 heures dans le cadre magique de la place Moulay Hassan et de ses remparts.

Accompagné du pianiste Danilo Perez, du contrebassiste John Patitucci et du batteur Brian Blade, Wayne Shorter fera partager au public d’Essaouira le jazz dans sa plus belle expression. Saxophoniste, ténor, soprano, compositeur et arrangeur, le musicien né en 1933 a côtoyé et travaillé avec les plus grands : Miles Davis, Herbie Hancock, Marcus Miller...

Le Festival d’Essaouira fera le pont entre cette génération mythique des jazzmen représentée par Wayne Shorter et les talents montants de la scène actuelle, incarnée par le trompettiste libanais Ibrahim Maalouf. Jonglant à merveille entre le jazz, la pop ou encore le blues africain, ce musicien de génie nous invitera à un concert en fusion avec le grand Maâlem Omar Hayat.

D’autres musiciens de renom viendront mêler leurs notes jazzy aux rythmes des guembri et crotales de leurs hôtes Gnaoua. Le pianiste norvégien Jon Balke, le percussionniste franco-indien Stéphane Edouard, le belge Eric Legnini et son trio, le guitariste franco-marocain Mohamed Derouich, le batteur américain Andy Narell et le saxophoniste américain Jaleel Shaw, tous reconnus pour leur capacité à métisser leur son jazz d’influences très diverses, investiront le studio à ciel ouvert que devient Essaouira durant quatre jours, afin de perpétuer la magie des rencontres entre musique gnaouie et jazz que le Festival sait forger comme nul autre depuis aujourd’hui 11 ans.

Il est intéressant de noter que les succès qu’a connu le festival Gnaoua et Musique du Monde depuis sa première jusqu’à la dixième édition a donné à cette grande manifestation artistique et culturelle une dimension à la fois locale, nationale et internationale, qui dépasse la ville d’Essaouira. Le Festival n’appartient plus à personne. Il appartient à tous ces gens qui se déplacent en dizaine de milliers pour vivre des moments de bonheur de musique gnaoua et Musique du monde, à travers des prestations de très grande qualité, voire inégalable, en ce qui concerne les fuions gnaoua et world music.

Le retard vécu cette année en matière d’organisation et de programmation du festival, a destabilisé plus d’un. Se fera-t-il ou non ?, était laquestion qui revenait sans cesse La bonne nouvelle est arrivée, au mois de mai, rassirante et echantresse. La 11 ème édition est là, c’est l’essentiel, mais la leçon a été bien comprise par tous.

On ne laisse pas dans le flou l’organisation d’un festival de l’ampleur Gnaoua, pendant des mois, pour se rattraper à J moins 45 jours. La 11 ème édition a été sauvée in extémis et la leçon bien retenue. Très bon festival.

Mohamed RIAL
mardi 24 juin 2008.

Source : www.lopinion.ma
7rijales.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés