onglet_artsouk onglet_artsouk

 

costutradi.jpg

Actualités

Djellabas

Yann Barte (article publié à "Femmes du Maroc" janvier 2000)

Réf : 1086

Visites : 8962

On ne sait rien de son histoire ou si peu. Rien de répertorié sous le nom "djellaba" à la bibliothèque de la fondation Abdul Aziz Al Saoud à Casablanca, pas plus qu'à celle de l'Institut du Monde arabe à Paris.

Pourtant, c'est le plus familier des vêtements traditionnels marocains, sans doute aussi celui qui a connu la plus spectaculaire évolution.

Parent du caftan turc, la djellaba est un vêtement d'homme à l'origine, très ancien, de laine, de serge, de drap. Les femmes, dit-on, l'auraient adoptée autour des années 30 pour remplacer le Haïk, trop contraignant. cette date elle-même ne fait pas l'unanimité. Les différences régionales et l'éternelles scission ville/campagne complexifient encore la question.

En revanche tout le monde - chercheurs, stylistes, contemporains - semble s'accorder à dire qu'elle a été adoptée par les femmes pour dse raisons pratiques.. L'interprétation selon laquelle les femmes se seraient accaparées la djellaba masculine pour des raisons égalitaires, revendicatives, semble contredite par la mémoire populaire comme par la mémoire savante. N'en déplaisent à certaines féministes, le port de la djellaba n'aurait donc pas été politisé comme celui du pantalon.

C'est une petite révolution qu'a connu ce vêtement. Dans les couleurs, les coupes, les matières...

 Fourreau plus ou moins ample pourvu d'un capuchon, fait de tissu épais, parfois rude, aux couleurs ternes, la djellaba s'est peu à peu affinée. Les couleurs traditionnelles sobres : noir, beige, marron... ont laissé place aux couleurs éclatantes les plus fantaisistes. Le capuchon rapetisse et se porte rabattu à l'arrière.

Les coupes, elles aussi changent. La djellaba qui, autrefois, cachait les formes, peut se porter aujourd'hui cintrée, très près du corps... Elle prend des couleurs, s'enrichit de broderies, de motifs. La Haute Couture traditionnelle se permet aussi aujourd'hui toutes les audaces : des djellabas ouvertes, en

Un patrimoine vestimentaire qui s'effiloche


Si la bibliographie d'un tel sujet reste bien maigre, il demeure encore de nombreux témoins vivants.

Des hommes, des femmes qui ne demandent qu'à parler.


Il est urgent de recueillir aujourd'hui le plus de documents possibles en réalisant des enquêtes dans les milieux ruraux et urbains avant que ne partent en fumée des pans entiers de notre patrimoine vestimentaire. Plus le temps passe et plus la tâche sera ardue.

Il semble qu'il n'y ait pas au Maroc de tradition familiale relative à la conservation du costume. Les pièces d'habillement les plus anciennes conservées remontent aux XVIIème et XVIIIème siècles. Elles sont aussi très rares. Un inventaire dressé dans les années 30 a permis de recenser au Maroc une soixantaine de tenues vestimentaires féminines ou masculines (Jean Besancenot, "Costumes du Maroc').

Un chiffre bien faible au regard de l'extrême diversité actuelle des costumes marocains. Un autre inventaire reste à faire aujourd'hui.

Il n'existe pour l'heure aucune histoire de la mode au Maroc. Mais que sait-on même de l'histoire des femmes de ce pays? Si peu. Le vêtement nous parle : de l'origine géographique, du niveau social, quelquefois d'un métier, du climat, de la fonction de parure, de la moralité, de l'esthétique. Il nous dévoile les richesses d'une civilisation.



Yann Barte
(article publié à "Femmes du Maroc", janvier 2000)
Presse-media.com

Quelques ouvrages sur le sujet
- Civilisation marocaine, Mohamed Sijelmassi / Abdelkebir Khatibi, Actes Sud/ Sindbad, 1996. Chapitre " le costume traditionnel" de Ali Amahan.
- La grande encyclopédie du Maroc.
- Maroc, les trésors du royaume, ed. Plume, Paris, musées AFAA, 1999. Chapitre " le costume" de Ahmed Sefrioui.
- Costumes du Maroc, Jean Besancenot, 2ème édition, 1988.
belsfems.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés