onglet_artsouk onglet_artsouk

 

mariage.jpg

Orientales

Le cérémonial nuptial au Maghreb

Les traditions et rites culturels

Réf : 277

Visites : 4660

La cérémonie du mariage: «ed-dkhui».

La cérémonie du mariage dure plusieurs jours,avec cependant des variantes selon les régions. Elle nécessite de nombreux préparatifs longs et couteux. Elle se déroule en quatre phases successives ...
le jour du bain (hammam ed-dkhui),la cérémonie du henné (hannat ed-dkhui),
le jour des noces ou nuit de la pénétration (lilaf ed-dkhui) qui représente la phase terminale du cérémonial nuptial et le lendemain des noces (esbah ed-dkhui).

Le « hammam » ou le bain de noces :  Deux jours avant les noces, la jeune fille,qui ne se retrouve jamais seule puisqu'elle est accompagnée de ses proches parentes et amies, se rend au bain où elle fait l'objet d'une toilette et d'une préparation soignée ; les parties les plus intimes de son corps sont ainsi lavés et relavés : épilation du pubis et de tous ses membres. Il s'agit là d'un véritable rituel de purification accompagné d'invocations diverses, de chants et de you-you de la part des femmes présentes au bain.

Le «bain» nuptial (ou hammam ed-dkhui) est un moment trés important dans le rituel du mariage. Car le jour du hammam est en effet le point de départ de l'initiation de la jeune fille à sa nouvelle condition de femme et d'epouse. Et si la vie sexuelle des êtres comporte toujours une phase d'initiation, on peut penser que c'est au bain que l'initiation sexuelle de la jeune fille maghrebine commence.

La cérémonie du «henné ». La cérémonie a lieu généralement la veille des noces et se déroule chez les parents de la jeune fille. Celle-ci, vêtue d'une toilette traditionnelle brodée de fil or ou argent, le visage recouvert d'une voilette, est placée au centre d'un cercle composé exclusivement de femmes, parentes et amies des deux familles.Toute présence masculine est alors prohibée.

Deux jeunes enfants, de préférence de sexe masculin se tiennent debout aux côtés de la jeune fille, tenant chacun dans une main une bougie allumée. Les femmes récitent en chœur les louanges des jeunes époux (teqdim). Toutes les invocations tendent alors à souhaiter beaucoup de bonheur et surtout une descendance mâle nombreuse.

Une proche parente du jeune homme, de préférence âgée, non divorcée. non remariée et non stérile(pour eviter tout mauvais présage) s'approche de la jeune fille avec une coupe de henné dans laquelle se tiennent des œufs décorés .

Le henné est ensuite dilué dans de l'eau et malaxé en pâte puis appliqué en couche épaisse sur les mains et les pieds de la mariée.

Le jour des noces ou « lilat ed-dkhui ». Tard dans l'après-midi, le moment important approche et la jeune fille quitte la maison paternelle. L'annonce du départ déclenche toujours une émotion générale. Mais ce sont la mère et la fille qui vont être les plus affectées par l'imminence de la séparation.
Au moment de quitter le domicile familial, la jeune mariée doit franchir le seuil de la porte en passant sous le bras de son père. Le père donne ainsi son consentement au mariage et au départ de sa fille de la maison paternelle.

C'est accompagnée de nombreuses parentes et amies que la jeune mariée fait son entrée dans son nouveau foyer. Elle est alors accueillie par scelle qui devien ainsi sa belle-mère qui lui remet une clef symbolique pour lui prouver qu'elle est bien disposée envers elle et l'invite de fait à partager avec elle son pouvoir à l'intérieur de la maison. elle est ensuite conduite vers la chambre nuptiale où son trousseau personnel sera présenté avec beaucoup d'ostentation aux parentes et amies de son époux.

En fin de journée, un repas est servi à tous les invités pendant qu'un orchestre joue des airs traditionnels avec des variantes selon les régions. Cette atmosphère d'allégresse générale durera jusqu'à l'aube.

Tard dans la soirée, le jeune époux fait son entrée dans la chambre nuptiale accompagné de chants et de you-you des femmes.


Le lendemain des noces ou « esbah ed-dkhui ». C'est tôt dans la matinée que le jeune homme, fière du devoir accomplie doit quitter la chambre nuptiale pour laisser place à toutes les femmes qui viendront, comme le veut la tradition, rendre visite à la jeune mariée et s'enquérir de son état.

à venir très prochainement sur artsouk : les neggafates et leurs rôle dans les noces nuptiales...
lesmariees.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés