onglet_artsouk onglet_artsouk

 

tjebran_vis.jpg

Le théâtre

De tout temps, les représentations publiques accompagnées de chants, de danses, de mimes ou de dialogues, on fait partie de l`expression artistique des Arabes comme des Berbères. 

Le théâtre à l`occidentale, dit « moderne », apparaît en 1923 avec la formation de troupes à Casablanca, Fès, Meknès et dans les villes du nord.  Exprimant un patriotisme exalté et le refus du colonialisme, beaucoup d`oeuvres sont censurées par le régime du protectorat.  Ainsi Mohamed el-Quarri est exilé au Sahara après la représentation de ses pièces L`Orphelin mou, Les tuteurs et Vertus et conséquences de la science

Fondé en 1953, le Centre marocain des recherches théâtrales de Rabat introduit une nouvelle conception du genre: l`art dramatique national, qui propose des adaptations d`oeuvres européennes.  En 1956, la première troupe professionnelle marocaine, Firqat et-Tamthil al-Arabi ( Troupe de représentation arabe marocaine ), présente au festival du Théâtre des Nations de Paris une adaptation des Fourberies de Scapin et une pièce intitulée Le Balayeur. 

C`est le début de l`exportation du théâtre marocain, qui, à partir des années 1960, ressuscite les traditions populaires à travers une conception artistique originale et moderne.  Parmi les artistes ( auteurs ou metteurs en scène ) les plus célèbres, citons Nabyl Lahlou, réputé pour son originalité et son humour corrosif, Abdelhaq Zerouali qui restitue dans ses pièces les contes des places publiques, et Tayeb Saddiki, dont certaines pièces s`apparentent à des comédies musicales. 

En terminant, il est important de mentionner que Mouna Fettou incarne l`espoir exigeant de la nouvelle vague de comédiennes marocaines. 


Le cinéma

C`est sous le protectorat français que naît le cinéma marocain.  La construction, en 1946, de studios de cinéma à Rabat vise autant à produire des oeuvres locales qu`à concurrencer le cinéma égyptien.  Parmi la trentaine de films produits entre 1945 et 1949, les plus remarquables sont ceux d`André Zwoboda: La septième Porte ( 1947 ) illustre la vie quotidienne des Marocains et Noce de sable ( 1948 ) est l`histoire légendaire et tragique de deux amants. 

Vers les années 1960, le cinéma colonial de fiction est relayé par le court métrage.  Parmi les nombreuses oeuvres réalisées, Six Douze de M. Rechich, A. Bouanani et M.A. Tazi constitue un document précieux et inédit sur Casablanca. 

Peu après apparaissent les premiers longs métrages: Quand mûrissent les dattes de L. Bennani et A. Ramdani ( 1968 ), qui s`interroge sur l`apport de la modernité dans la société rurale, et Soleil de printemps de L.Lahlou, où défile la vie laborieuse d`un fonctionnaire originaire da la campagne. 

Dans les années 1970, le cinéma marocain acquiert toute son importance grâce à deux chefs-d`oeuvre: Wecha de H. Bennani, analyse profonde sur le langage du cinéma et Mille et Une Mains de S. Ben Barka ( 1971 ) qui, à travers la vie quotidienne d`une famille de teinturiers de Marrakech, révèle le malaise social. 


Finalement, grâce à la mise en place d`un fonds de soutien à la production  par les pouvoirs publics, les années 1980 sont marquées par la production de films de grande qualité, dont celui de la Marocaine Farida Benlyazid, Une porte sur le ciel ( 1988 ), qui présente un islam modéré où s`équilibrent les exigences du corps et la volonté de l`esprit.  
bob_berb.jpg

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés