onglet_artsouk onglet_artsouk

 

maroc_corps_et_ame.jpg
Avec l'appui de quelques fidèles qui lui apporteront toujours le soutien du dernier instant, quand rien ne va plus et qu'il faut trois francs, six sous pour terminer une post production. Ou plus simplement, se retrouver, avec notre ami Abdou Berrada, dans l'atelier où sous le ciel de Paris Izza concote ses passions, pour enregistrer sur un nagra emprunté à RFI , quelques phrases de commentaires par ci, quelques explications par là.
La grande aventure de " Maroc corps et âme " s'étirera sur quatre ans. Un taxi dans chaque ville, Izza a sillonné le Maroc de tous les Moussems pour recueillir l'inépuisable richesse des sons et des chants.

A l'extrême sud du continent, quand la nostalgie me prend aux tripes, je me passe, au hasard, un des dix films de " Maroc corps et âme "… " Des Luths et Délices " est mon préféré, probablement parce que la musique arabo-andalouse marocaine est si proche du malouf tunisien…

Ces noubas qui narrent les amours mortes mais qui finissent toujours allegro comme pour exorciser la douleur.

Avec la disparition récente d'Abdelsadek Chekara, " Des Luths et Délices " est désormais un document rare sur l'œuvre de cet artiste, l'unique mémoire audiovisuelle de son talent. La mémoire est au cœur de l'inspiration d'Izza.

Lorsque pour "Retrouver Oulad Moumen" (1995), elle réunie son frère, ses sœurs et leurs enfants, dispersés sur trois continents, dans la vaste oliveraie au sud de Marrakech où la famille Edery a pris corps au début du siècle, Izza refait l'histoire de ce Maroc colonial, où juifs et arabes vivaient dans la convivialité jusqu'aux grands bouleversements d'après la deuxième guerre mondiale.

Dès lors, l'Histoire avec un grand H – décolonisation, naissance de l'Etat d'Israël- a kidnappé les destins des individus.

Avec " Pour le plaisir des yeux " (1997), hymne à la beauté maghrébine, j'ai retrouvé mon enfance quand, pour les mariages de mes tantes, j'observais avec minutie le rituel d'embellissement de la mariée.


Une journée entière au hammam pour se faire épiler, se faire laver les cheveux au rassoul et se faire tatouer au henné. Ziyana au Maroc, elle est Hannana en Tunisie.

Aujourd'hui, les tatouages au henné s'étalent dans les revues féminines et ont envahis les plages de Saint Tropez.
morr.jpg

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés