b-meknes.jpg

Histoire

Meknès ou la mémoire du passé

M. Lakhssassi, Le Matin

Réf : 797

Visites : 3886

Le débat sur le dialogue civilisationnel est relancé
Tout récemment a eu lieu au Palais Al-Mansour, un haut lieu de l'histoire de la cité ismaïlienne, un colloque organisé conjointement par le Formidec Meknès-Lyon, le Forum international des associations en partenariat avec le Centre Tarik-Ibn-Zyad.
Placée sur le thème “Actions associatives et dialogue social, culturel et civilisationnel”, la rencontre a été marquée par l'intervention de plusieurs personnalités du monde associatif dont notamment Hassan Aourid, président du Centre Tarik-Ibn-Zyad, Redouane Abouddahab, président du Formidec, Michel Rousset de l'Université de Lyon et Gerrie Lubbe, directeur du Centre Desmond Tutu et de l'Université de Johannesburg. Michel Rousset, ancien professeur à la Faculté de droit du Maroc, a développé pour sa part la promotion de Meknès à travers les guides marocains de tourisme entre 1915 et 1935.

A propos du premier “Guide pratique illustré du tourisme” que “l'Echo du Maroc” a pris l'initiative de faire paraître en 1915 et qui était consacré à la zone nord du Maroc sous le protectorat, M. Rousset a indiqué que l'ouvrage avait pour ambition de mettre le voyageur, dans chaque ville ou région de cette partie du Royaume visitée, en possession de tout ce qui pouvait lui être utile pour satisfaire ses besoins professionnels, ses loisirs ou tout simplement sa curiosité.

Une part importante du texte du guide portait sur "Meknès-Monumental" avec les édifices tels Bab El-Mansour, Dar Beida, l'Aguedal et les diverses autres portes de la ville, les médersas, les ruines de Volubilis et Moulay Idriss. M. Rousset a ensuite abordé le 2e guide qui a paru en 1928 et a été réalisé grâce à la collaboration des syndicats d'initiative ; ce guide comporte une notice consacrée à Meknès écrite par le président du SI de la ville qui était à l'époque Matteo Brondy, professeur de dessin à Meknès et auteur d'une très importante production d'aquarelles, de tableaux et d'affiches.

La population de la cité s'élevait alors à 30.000 habitants dont 7.000 Européens. Pour la 1re fois, précise M. Rousset, le guide fait mention de la présence de la Compagnie franco-espagnole de chemin de fer Tanger-Fès dont le siège était à Meknès. Le conférencier nous a appris ensuite que le 3e guide a paru en 1935 sous le titre "Guide général du Maroc". La première page comportait une invitation à la découverte de Meknès et à des excursions dans la région avec quelques photos .

La suite de l'intervention a été consacrée au premier guide touristique réservé exclusivement à Meknès et à sa région paru en 1933 sous le titre "Meknès, capitale berbère, son histoire, son art, sa région". Le conférencier a, longuement, évoqué le lotissement "Meknès plaisance" situé à l'extérieur du périmètre urbain de l'époque, qui s'étendait en bordure de la route de Meknès-Fès. Cette communication vise à combler un besoin de mémoire qui doit être transmise par les générations passées et présentes aux générations futures.

Ainsi, le guide donnait-il un aperçu historique, des renseignements sur l'organisation administrative, les groupements constitués, les confréries, les industries et corporations indigènes, la liste des monuments et des moyens de communication, les horaires et les établissements hôteliers de l'époque. Un bon memorandum.


Histoire de Volubilis


Volubilis est une ville antique romaine située sur les bords de Oued Khoumane, rivière de la banlieue de Meknès.

Le nom de Volubilis du site serait dû à l'abondance de la plante. Le nom berbère de la ville est Walili, Oualili, ou Walila, qui désigne la fleur de liseron. La ville vivait du commerce de l'huile d'olive. On retrouve dans les ruines de nombreux pressoirs à huile.

En 681, l'Islam se répand dans tout le Maghreb. Les Abbassides installent une garnison à Volubilis. En 789, Idriss Ier un descendant de Hasan et de Ali , le gendre du Prophète, s'enfuit pour échapper aux persécutions abbassides. Il s'installe à Volubilis, redevenue Walila.

Avec la fondation de Fès par Idriss II en 808, Volubilis perd encore de son importance.
En 818, Volubilis accueille des Andalous chassés de Cordoue qui s'installent en bordure de l'oued. Les vestiges permettent de percevoir le plan de grandes demeures romaines. On a retrouvé deux établissements de bain : l'un d'époque romaine et l'autre de la période arabe. Le site est classé patrimoine universel.

M. Lakhssassi LE MATIN
mulayismail.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés