onglet_artsouk onglet_artsouk

 

pays_21.jpg Depuis le début du conflit, le Front Polisario et l’Algérie soutiennent l’idée d’un référendum d’autodétermination sous l’égide des Nations unies. Le Maroc, quant à lui, a toujours parié sur l’infléchissement du soutien d’Alger aux Sahraouis.
Ainsi, après la mort du président Boumediène, Rabat voit en Chadli Bendjedid l’homme du rapprochement algéro-marocain ; de même, durant la guerre contre le terrorisme islamiste des années 1990, le roi parie sur l’affaiblissement de son voisin. Mais actuellement, si l’exécutif algérien s’est recentré de manière visible autour de la présidence de la République, l’armée et les services de sécurité ne sont pas marginalisés pour autant, et la convergence de vues sur le Sahara – et plus largement encore sur les relations avec le Maroc – constitue un démenti à tous ceux qui voyaient en M. Abdelaziz Bouteflika l’homme du compromis.

Précieux allié de Washington dans la lutte contre le terrorisme international, Alger est également engagé dans un partenariat commercial significatif avec les Etats-Unis. L’Algérie a retrouvé sa place sur la scène internationale et son prestige sur le continent africain. En 2004, la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) par l’Afrique du Sud a rapproché les deux pays arabes, tandis que le Maroc est isolé sur le continent. Rabat a notamment refusé d’adhérer à l’Union africaine en raison de la reconnaissance par l’organisation des prétentions sahraouies. Malgré la nomination de M. Larbi Belkheir comme ambassadeur à Rabat  (3), la position de l’Algérie ne devrait donc pas s’assouplir, car elle a les moyens de tenir bon.

En revanche, le Maroc peut difficilement se permettre pareil entêtement. Officiellement, il propose une « large autonomie » pour le Sahara occidental. Cependant, il n’en précise pas le contenu. Cette réserve s’explique par les changements politiques qu’implique cette option : une nouvelle architecture institutionnelle nécessitant une révision de la Constitution. Le Maroc se trouve de fait dans l’obligation de concilier la souveraineté formelle d’un Etat et l’autonomie réelle d’une population qui a besoin d’affirmer son droit à l’indépendance. Car il ne s’agit pas d’octroyer des marges de liberté à une région quelconque du Maroc, mais à des Sahraouis que trente ans de conflit n’ont pas anéantis et qui disputeront âprement toute contrainte sur leur souveraineté.

Hassan II avait cru définir avec simplicité et efficacité l’autonomie du Sahara en déclarant qu’en dehors du timbre et du drapeau tout était négociable. Il pensait que sa formule s’adresserait aux Sahraouis du Front Polisario, les autres lui paraissant naturellement acquis à sa cause. Or, depuis près de six mois, avec plus ou moins d’intensité, ce sont des Sahraouis d’El-Ayoun et de Smara qui tentent de négocier leur destin en agitant le spectre de l’indépendance.

Si les positionnements officiels demeurent, les contingences régionales et internes, elles, évoluent considérablement. Bien que les autorités algériennes et marocaines aient accaparé le dossier, les sociétés civiles et les partis se montrent à présent désireux de comprendre la crise, et éventuellement d’être associés à la recherche d’une sortie du problème. Les formations politiques marocaines, par exemple, semblent s’activer dans la quête d’une issue, que chacune d’elles souhaite influencer.

L’Istiqlal  (4) a le sentiment d’avoir été dépossédé de son rôle naturel de défenseur de l’intégrité territoriale, et conteste le principe d’autonomie ; il préfère réfléchir à une construction régionale dans laquelle le Sahara pourrait s’intégrer. Le Parti de la justice et du développement (PJD), islamiste modéré, manifeste, quant à lui, beaucoup d’intransigeance sur la question du Sahara, ce qui pourrait constituer un gage de sa fidélité à la couronne. Le PJD existe depuis 1998, et compte quarante-deux députés au Parlement. Depuis sa stigmatisation en mai 2003 pour « responsabilité morale » dans les attentats de Casablanca, ses responsables font de la surenchère nationaliste. Pour d’autres formations, comme Alliance et liberté, la crise au Sahara occidental offre une occasion de démocratiser le Maroc. Alliance et liberté est un jeune parti libéral qui se situerait au centre de l’échiquier politique (encore que le centre ne signifie pas grand-chose au Maroc). Certains considèrent même que l’ouverture du champ politique représente un préalable à la résolution de l’affaire du Sahara. Pour autant, ce projet ne peut être conçu sur le long terme, dans la mesure où les tensions actuelles risquent de déstabiliser le pays.

Que ce soit au Maroc ou à l’étranger, les manifestations indépendantistes d’El-Ayoun et de Smara, très violemment réprimées, donnent le sentiment que le Sahara occidental n’est pas complètement maîtrisé par Rabat. Nombre d’observateurs mettent l’accent sur l’évolution de la situation depuis septembre 1999. Cette année-là, El-Ayoun avait déjà connu une semaine de violences policières contre des étudiants sahraouis qui revendiquaient une augmentation du montant de leur bourse et l’amélioration de leurs conditions de transport. L’événement fut récupéré par la monarchie, qui dépêcha plusieurs ministres au Sahara afin d’« écouter et rassurer les Sahraouis ». Tandis qu’en 1999 les revendications étaient exclusivement sociales, en mai 2005 leur nature est devenue fondamentalement politique. Sans avoir de liens déclarés avec le Front Polisario, les manifestants ont demandé l’indépendance, comme ils le font sur les sites Internet  (5) ou dans des forums de discussions. La non-réponse aux demandes sociales et le statu quo politique ont ainsi généré un durcissement de l’attitude des Sahraouis vis-à-vis de Rabat.

Regain d’attention de Washington

Cette nouvelle donne, interne et régionale, sera-t-elle suffisante pour sortir le conflit de sa longue léthargie ? Beaucoup de Maghrébins souhaitent que le nouvel intérêt américain pour la région facilite le règlement d’une crise dont les populations sont globalement lasses. Plusieurs raisons expliquent le regain d’attention de Washington pour le conflit au Sahara : la volonté d’étendre le champ d’intervention de l’Alliance atlantique, et la possibilité de faire des forces armées royales un relais dans une politique de stabilisation régionale. Cela implique que Rabat ne soit pas engagé dans des différends locaux, notamment avec l’Algérie. En outre, des firmes américaines ont investi dans le développement des ressources pétrolière et gazière de l’Algérie, et souhaitent la réduction des tensions. Mais Washington entend surtout mieux contrôler la situation au Sahel, devenu, à ses yeux, une sorte de « refuge » pour les terroristes islamistes, auxquels pourraient s’ajouter des Sahraouis en perte de repères et motivation.

Cependant, quel que soit leur dessein, les Etats-Unis peuvent difficilement agir seuls. Il leur sera plus aisé de coopérer avec des pays intéressés par la pacification de la région et de s’appuyer sur eux, que ce soit l’Espagne, la France ou encore la Mauritanie. Ils devront également prendre en compte l’aspiration des populations et se montrer imaginatifs : la solution du conflit ne saurait consacrer la victoire définitive d’un camp sans être lourde de tensions futures.

Or, la fin du différend sur le Sahara implique nécessairement la légitimation de l’un des protagonistes et la délégitimation du second, tant chacun des acteurs a lié son système politique à ce conflit. Le Maroc n’a cessé de surenchérir sur l’intégrité territoriale, tandis qu’Algériens et Sahraouis ont fait de l’autodétermination un principe cardinal.
Khadija Finan.
 
arbr_savoir2.jpg

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés