onglet_artsouk onglet_artsouk

 

DarnaNapl1.jpg Fonctionnement de "DARNA" ( Janvier 2006) Suite à la mise en place organisée par Youssef HAJI, avec la coopération de la Guilde Européenne du Raid et le soutien du Ministère des Affaires Etrangères français, l’inauguration officielle s’est déroulée le 24 Octobre 2005 ...

(...) en présence du Président actuel de DARNA, Nassir Arafat (la Présidence est tournante) de Moharram BARGHOUTIE, président de l’Union de la Jeunesse Palestinienne, du Gouverneur de Naplouse, Abou Jihad el Halloul et du Consul Général de France à Jérusalem.

Après un an de fonctionnement, 51 associations palestiniennes sont membres de DARNA. Elles participent à sa gestion et utilisent les services suivants : salles de réunions, ordinateurs, restaurant social, bibliothèque, formations, ateliers d’écriture, cycles d’apprentissage d’anglais, cours d’animation informatique et artistique, etc ..

Nous faisons particulièrement appel à votre générosité pour soutenir les projets suivants :

* une école pour 20 jeunes mères du camp de réfugiés de Balata,désireuses de passer le baccalauréat en candidates libres, 
* des cycles de formation professionnelle et soutien scolaire
,
* un projet de mise en place de cycles d’animations musicales et artistiques dans le camp de Balata et qui a l’ambition d’aboutir en fin d’année à la création d’un spectacle
autour des poèmes de Mahmoud Darwish, 
* frais de scolarisation annuels (et accès gratuit au restaurant social) pour des étudiants de familles démunies

* et plusieurs demandes de clubs sportifs qui désirent participer à des compétitions et recherchent de donateurs (balles, tenues), accueil de sportifs et entraîneurs
dans presque toutes les disciplines.


C’est aussi DARNA
qui a eu l’idée d’exporter du savon de Naplouse afin de relancer cette activité, en donnant ainsi du travail aux artisans et aux producteurs d’huile d’olive. De 35 savonneries avant la Nakba en 1948, il n’en reste plus que 3 actuellement en activité, après les destructions de l’armée israélienne, l’étranglement de l’économie palestinienne par les bouclages incessants, les difficultés de circulation et d’exportation, y compris vers la Jordanie.

Ce savon est entièrement naturel. Il comprend 72 % d’huile d’olive palestinienne, aucun produit pharmaceutique, lave bien, parfait pour les peaux sensibles. Nous avons déjà commercialisé deux livraisons de savons, 10000 reçus en Novembre 2005, 20000 reçus Mars 2006, dont tout le bénéfice a été reversé au profit de DARNA. Un nouvel arrivage est attendu en octobre 2006.
Contactez l’association
« Les Amis de DARNA »


NAPLOUSE, d’histoire et d’espoir"
Les cananéens l’appelaient Schem, les romains lui ont donné le nom de Flavia Neapolis, les ottomans Nablus, quant au géographe palestinien Al-Muquadassi (Xème siècle), il la nomme « la petite Damas ». Aujourd’hui ses habitants l’appellent « la grande prison ». Nous nous contenterons de l’appeler Naplouse, une ville qui transpire l’histoire, la volonté de vivre et un acharnement à garder l’espoir malgré tout.

Une ville six fois millénaire
Le site est historique. Sa vieille ville est d’une grande beauté. La fabrication du fameux savon de Naplouse est encore vivace malgré la destruction de plusieurs fabriques, la recette de la knafé, gâteau délicieux de Naplouse, est toujours transmise de génération en génération, les étudiants de l’université Al Najah continuent entre deux couvre-feux à étudier et rêver comme tous les jeunes du monde, les chants de Fadwa Touquan, pionnière de la poésie arabe au féminin du début du siècle et native de Naplouse, continuent de couvrirent la ville avec des mots d’astres, de liberté et d’envol .

Naplouse fait partie des villes réoccupées par l’armée israélienne et sa population souffre de cette violence quotidienne, de l’absence de liberté dans les déplacements et des difficultés d’accès aux soins, à l'éducation, au travail qui s’en suivent. Entre Juin 2002 et Octobre 2002, la ville a subi un couvre-feu quasi permanent (à l’exception de 20 jours de suspension).

Malgré cette situation catastrophique, la société civile, par un acte de désobéissance, a maintenu les activités de la vie courante notamment par l’envoi des enfants à l’école ; l’université Al Najah demeure ouverte, les administrations continuent à fonctionner coûte que coûte, sans oublier le rôle primordial des associations palestiniennes qui continuent d’assurer leur rôle social et culturel.

La Province de Naplouse est composée de 251 392 habitants dont 160 231 habitants pour la ville de Naplouse (recensement de 1997).  Naplouse représente 13,89 % de la population de la Cisjordanie et 8,9 % de l’ensemble de la population palestinienne. Les habitants de la province de Naplouse sont répartis de la manière suivante :

- 47,89 % sont des ruraux
- 41,59 % sont des citadins
- 10,52 % sont des réfugiés

La ville de Naplouse est composée de la vieille ville, de trois camps de réfugiés et de la ville nouvelle. Depuis Septembre 2000, suite à la participation massive des jeunes à l’Intifada, 53,8 % des victimes décédées ont entre 10 et 24 ans.

Un autre aspect dramatique de cette violence quotidienne est le nombre de jeunes blessés qui resteront handicapés à vie : sur 14 523 blessés, le Ministère de la Santé palestinien dénombre 73,6 % de jeunes entre 10 et 29 ans. Qui en parle ?

Ce sont toutes ces raisons, ainsi que la dignité de ses habitants, qui sont à l’origine deDARNA FI NAPLOUSE (« notre maison » à Naplouse) 

Savons-Napl1.jpg

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés