onglet_artsouk onglet_artsouk

 

khettaras2.jpg

Actualités

Gestion de l'eau au Maroc, Les khettaras, un système ancestral

Artsouk

Réf : 834

Visites : 5884

La khettara est un système de mobilisation traditionnel des eaux souterraines qui amène par gravité l'eau de la nappe phréatique à la surface du sol à des fins d'irrigation et d'eau potable.

«Il ne pleut pour ainsi dire jamais au pays des fgagir (khettaras). Et cependant, depuis plus de dix siècles, à chaque heure, la moindre khettara soutire plusieurs mètres cubes d'eau souterraine dont le remplacement pluviométrique est manifestement impossible.» «En utilisant quelques suintements après un labeur énorme et une dépense stupéfiante d'ingéniosité, l'homme a fait naître une agriculture savante, intensive... (J. Savornin)»


Le système des khettaras est un moyen traditionnel de mobilisation des eaux souterraines bien adapté aux conditions géographiques et bioclimatiques particulières de la zone de Tafilalt.


Les Khettaras sont des équipements à caractères collectifs qui jouent un rôle complémentaire avec les autres procédés de mobilisation des eaux superficielles et souterraines. La population locale utilise les eaux de ces khettaras pour leurs besoins domestiques, l’abreuvement des animaux, l’approvisionnement en eaux potable et l’irrigation des terrains agricoles.


Le tarissement de plus de 50% des khettaras et l'abaissement du débit de celles fonctionnelles entraînent la diminution de l'efficacité de se système. Cette situation s'explique par la succession d'années de sécheresse, l'exode rurale et les difficultés rencontrer par les populations qui les empêchent à fournir les prestations d'entretien nécessaires.


La nécessité de développer des programmes de réhabilitation des khettaras a été mise en évidence depuis longtemps, pour le maintien et le bien être des populations oasiennes qui l'exploitent.


Histoire des khettaras

Il est communément admis que les Khettaras sont nées en Perse antique il y a plus de 3000 ans et qu'elles auraient été introduites au Maroc par les arabes lors de leur conquête du Maghreb.

D'après J.M. Solignac, il est un fait que leur origine remonte à l'antiquité reculée puisqu'on en trouve déjà la mention au Vème siècle av. J.C. dans Hérode (Melpomène 120). On possède également, grâce aux narrations de Polybe, des renseignements détaillés sur les khettaras de la Perse du IIIème et IIème siècle av. J.C. Par ailleurs, plusieurs écrits historiques affirment que ce système est une pure création des habitants de l'Afrique du Nord "Imazighen" (Malika Hached - Les premiers Berbères). Les recherches archéologiques, historiques et ethnologiques nous éclaireront peut-être un jour, mais ce qui est certain c'est que de la Perse à la Chine ou à l’Occident, elles existent selon le même principe de fonctionnement bien que sous différentes appellations.

En Afghanistan on les appelle "Kiraz", en Iran "Quanat", en Algérie on les nomme "Fouggara" au Maroc "Khettara", au Yémen "Aflaj", en Chine "Karez" en Syrie "Kanawat", en Espagne "Mina"…



Présentation technique
La khettara est une galerie drainante qui amène l'eau de la nappe phréatique à la surface du sol, par gravité. La sortie de la Khettara se situe toujours au village (vu la maîtrise du nivellement). La conduite souterraine est accompagnée sur le sol par des puits d’aération qui servent aussi de points d'épuration.
Schémas simplifié d’une khettara



La khettara est composée:
• d'une galerie qui assure le drainage et le captage des eaux
• d'une partie adductrice, laquelle assure le transport des eaux drainées vers le périmètre d'irrigation.
• d'une tête morte pour acheminer l'eau vers les parcelles via des canaux alimentant les prises appelées localement "Mesraf".
• La longueur d'une Khettara peut aller de quelques centaines de mètres à une vingtaine de kilomètres. Ceci est fonction du gradient hydraulique, de la pente du sol et du niveau piézométrique de la nappe.
• La largeur de la galerie est dimensionnée de manière à permettre le curage et le nettoyage manuellement. Quant à la profondeur des puisards en tête, elle varie entre 10 à 20 m.
• La distance entre deux puisards consécutifs est fonction de la stabilité des terrains traversés, elle varie entre 10 et 30 m.

• Les débits sont certes différents selon les zones. Ils oscillent entre 2 à 20l/s. C’est peu mais en fait dans le sud marocain, où le débit moyen des khettaras est de 6,5 litres par seconde, elles produisent plus d’eau que le barrage Hassan Addkhil.

khettaras3.jpg

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés