onglet_artsouk onglet_artsouk

 

arriv_aitbenadou.jpg Il est fort probable qu'on va assister à un engouement vers les métiers liés essentiellement au tourisme - et accessoirement au cinéma- donc au secteur tertiaire. Ceci risque d'engendrer des effets défavorables au site et particulièrement au ksar, de développer chez la population un comportement << mercantilisé > occasionné par les effets pervers du tourisme,

(...) et de mettre cette population dans une situation d'attente surtout que le secteur du tourisme est volatile et connaît parfois des fluctuations liées à plusieurs facteurs : climat, sécurité, infrastructures défaillantes, réputation altérée, situation géopolitique défavorable, etc.

Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que le tourisme a un coût financier (en terme d'investissement public en infrastructures) et environnemental du à la consommation dommageable irréversiblement à l'environnement et le patrimoine.

D'autre part, il faut prévoir que le site pourrait subir le phénomène du Cycle d'épuisement (d'un site), engendré par la fréquentation excessive des visiteurs (ceux-ci auraient tendance à chercher d'autres sites touristiques). D'autant plus que le tourisme (source de création d'emploi et d'entrées de devises) ne profite pas uniformément à toute la population, et contribue parfois à creuser les écarts sociaux1.

Toutefois, l'initiative prise par de jeunes habitants pour réaliser, à l'intérieur du ksar, un projet de maison d'hôtes (le premier du genre) et un atelier de peinture traduit une prise de conscience perceptible chez la jeune génération, ainsi qu'une dynamique d'ancrage qu'il faudra encadrer pour mieux en maîtriser les effets.

Il y aura tout un travail à mener en amant et en aval de ce processus, en matière de stimulation, d'incitation, d'accompagnement, de suivi et d'intégration sociale et économique au niveau de la Province (Ouarzazate) et la Région (Souss-Massa-Draa). Les acteurs locaux sont amenés à contribuer à une refonte de l'assiette foncière qui - en raison de sa complexité - bloque toute initiative sérieuse d'investissement ; l'incitation à l'immatriculation des biens fonciers aura certainement un grand apport.

Il faudrait par ailleurs que la population soit impliquée dans ce processus. Plus ses apports en capitaux seront importants, plus elle se sentira impliquée et plus performante serait sa contribution. La population sera amenée à développer un esprit entrepreneurial - et non celui de personnes assistées - qui s'inscrirait dans le prolongement de l'esprit communautaire. Il ne faut surtout pas perdre de vue que le développement de cette bourgade doit être synonyme de sauvegarde des valeurs grâce auxquelles le site a gagné sa notoriété.

La réhabilitation du site, bien qu'elle soit porteuse d'une nouvelle dynamique sociale, économique, culturelle et scientifique, elle risque par ailleurs - si elle est mal contrôlée - de déboucher sur une structure bipolaire du site : un village dortoir (issiwid) et un village actif (le ksar). Néanmoins, elle aura l'avantage de réanimer l'ancienne structure, sans pour autant dévitaliser le nouveau noyau qui est apte à accueillir de nouvelles structures plus adaptées à son environnement (terrain plat, bordure sur la route, extensibilité). Les initiatives de développement doivent être destinées non seulement aux familles qui s'approprient le ksar mais à l'ensemble de la localité.

En conséquence, quelque soient les démarches entamées, il faut que cela aient un effet d'incitation, car les autorités locales ne peuvent se substituer à la population. Celle-ci est en mesure de mener ses projets, et de gérer ses affaires.

Il revient aux acteurs institutionnels de structurer les activités porteuses (à moyen et à long terme), d'en amplifier les effets sur le développement local, et de faciliter les actions de la population pour le bon devenir du site.

1 Cf. Partenariat pour les villes du patrimoine mondial : la culture comme vecteur de développement urbain durable, in Cahiers du patrimoine mondial n°9, Ateliers 11-12 novembre 2002 tenus à Pesaro (Italie), Centre du Patrimoine Mondial-Unesco (p.91).

10com5.jpg

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés